Monde

Insolite : rituel extravagant de fêter la fin du lycée en Bulgarie

   Chaque année à la fin mai, la plupart des familles se plient à cette quasi obligation qui engloutit, dans le pays le plus pauvre de l’UE, l’équivalent de deux à trois mois de salaire moyen.

   Au menu de cet événement préparé amoureusement pendant toute l’année de Terminale, un bal bien sûr, mais aussi une réception pour toute la famille au restaurant, et un dernier tour en discothèque pour les jeunes.

   La tradition des bals, l’une des rares à avoir survécu à l’époque communiste, n’a cessé depuis de prendre de l’ampleur dans la société bulgare. "Cela devient de plus en plus exotique", constate Nikolay Ovtcharov. Cher aussi, même si ce père de famille préfère oublier combien il a dépensé, alors qu’il couve du regard sa fille en longue robe jaune, sur la place où les jeunes de tout Sofia se donnent rendez-vous en début de soirée.

   "C’est terriblement exagéré, mais tout le monde le fait", résume Stefka Drenova, une adolescente en robe décolletée brillant de paillettes.

   Hristina, robe violette cousue d’argent et garnie de pierres semi-précieuses, assure pour sa part qu’un simple T-shirt aurait pu lui convenir, "mais cela n’aurait de sens que si tout le monde le faisait".

   Le restaurant est réservé dès octobre, et "le modèle de la robe occupe tous les esprits", témoigne Rossitsa Lozanova, enseignante en lettre: "A l’approche de la fête, les filles se font faire des coiffures et du maquillage d’essai pour éviter la moindre faille le jour J".

   Les garçons sont plus faciles à habiller: "Un costume suffit et il leur servira après", résume Todor Todorov, soulagé aussi que son fils ait résisté à la tentation d’apparaître en voiture de luxe.

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!