En direct

Irak: 09 membres d'une même famille tués près de Baqouba

  •    Six femmes, deux hommes et un enfant ont été tués par balles dans la matinée par des inconnus qui ont fait irruption dans leur maison à Balad Ruz, localité située à 25 km au sud de Baqouba, a précisé le centre de commandement des opérations de sécurité de la très dangereuse province de Diyala.
  •  
  •    La famille, de confession sunnite, était revenue à Balad Ruz deux mois plus tôt après s’être réfugiée pendant des mois à Baqouba, la capitale de la province, à cause des violences.
  •  
  •    La campagne autour de Balad Ruz, une région agricole de la province de Diyala, autrefois considérée comme le grenier à grains de l’Irak, a été le théâtre de nombreuses violences confessionnelles entre chiites et sunnites.
  •  
  •    En 2006 et 2007, des villages entiers ont été rasés après le départ ou la mort de leurs habitants, les insurgés sunnites et miliciens chiites dynamitant les maisons afin de dissuader les familles déplacées de revenir.
  •  
  •    Aujourd’hui, des milliers d’Irakiens tentent de se réinstaller dans les villages qu’ils avaient fuis, vivant sous des tentes ou chez des proches en attendant d’avoir reconstruit une habitation.
  •  
  •    Selon l’organisation non gouvernementale de défense des droits de l’Homme basée à New York, Human Rights Watch (HRW), quelque 4,8 millions d’Irakiens ont fui leur foyer à causes des violences confessionnelles: 2,8 millions sont toujours dans le pays et deux millions ont fui à l’étranger.
  •  
  •    Le gouvernement tente de régler ce grave problème en incitant les déplacés à rentrer chez eux, notamment en leur fournissant des aides financières pour reconstruire leurs habitations détruites.
  •  
  •    Mais le retour est souvent difficile et dangereux: plusieurs dizaines de cas de familles tuées à leur retour chez elles ont été déplorés en 2008.
  •  
  •    Les violences entre sunnites et chiites avaient atteint dans la province de Diyala des niveaux plus élevés qu’ailleurs, notamment parce que la population est confessionnellement très mélangée, ce qui, selon les autorités, a exacerbé l’extrémisme religieux.
  •  
  •    Ces derniers mois, ce sont plutôt les partisans de la branche irakienne d’Al-Qaïda qui s’étaient fait remarquer en perpétrant des attentats suicide, surtout ceux commis par des femmes.
  •  
  •    Plus de trente femmes ont ainsi commis des attentats suicide en 2008 en Irak, contre huit seulement recensées en 2007.
  •  
  •    Diyala, considérée avec la province de Ninive (nord) comme les plus dangereuses d’Irak, est régulièrement touchée par des attentats, résultat de la lutte meurtrière entre des affiliés d’Al-Qaïda et les "Sahwa" (Réveils), des comités d’ex-insurgés reconvertis dans la lutte contre le réseau extrémiste et payés jusqu’à peu par l’armée américaine.
  •  
  • Ennaharonline/ AFP

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *