Monde

Deux soldats turcs tués dans le nord de l’Irak par des tirs du PKK

Deux soldats turcs ont été tués et deux autres blessés jeudi dans une attaque attribuée aux miliciens kurdes dans le nord de l’Irak, a annoncé l’armée dans un communiqué.

Les militaires ont été attaqués par des « membres de l’organisation terroriste séparatiste », selon l’armée, qui désigne par cette expression le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée « terroriste » par Ankara et ses alliés occidentaux.

Le nord de l’Irak, où le PKK dispose de bases arrière, est régulièrement bombardé par l’aviation d’Ankara et les forces de sécurité turques y effectuent épisodiquement des incursions. L’armée a ainsi annoncé jeudi y avoir « neutralisé 42 terroristes » au cours de frappes aériennes menées lundi.

L’armée avait par ailleurs annoncé plus tôt dans la journée qu’un soldat était mort jeudi et que cinq autres avaient été blessés dans une attaque menée par des miliciens kurdes dans les environs d’une base militaire à Cukurca, près de la frontière irakienne dans le sud-est de la Turquie.

Cette région est en proie à des combats quasi-quotidiens entre forces de l’ordre et rebelles kurdes, depuis la rupture à l’été 2015 d’un fragile cessez-le-feu, qui visait à mettre fin à un conflit qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984. L’armée turque avait annoncé mercredi la mort d’un autre soldat à Agri, près de la frontière iranienne, au cours d’un affrontement avec des membres du PKK.

Ankara a lancé le 20 janvier l’opération « Rameau d’olivier » dans le canton syrien d’Afrine pour en déloger la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), considérée par la Turquie comme une extension en Syrie du PKK, mais alliée des Etats-Unis.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close