Monde

Iran : un commandant tué en Syrie

    Des informations de sites proches de conservateurs ont fait état cette semaine de la mort d’Abdollah Eskandari, tué en "défendant" un lieu saint chiite, mais ni les Gardiens de la révolution ni le ministère des Affaires étrangères ne les ont commentées.

   Cependant, l’agence Fars, considérée comme étant proche des Gardiens de la Révolution, a annoncé samedi que les funérailles d’Abdollah Eskandari se tiendraient dimanche dans la ville de Chiraz, au sud de Téhéran.

   Eskandari était un commandant des forces terrestres des Gardiens de la révolution et dirigeait également une association publique de bienfaisance chargée d’aider les anciens combattants et les familles des soldats tués au combat.

   Ni les circonstances de sa mort ni des détails sur son rôle dans la guerre en Syrie n’ont été révélés.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close