Monde

Israël et la colère d’Erdogan

  •    "Cet incident n’affectera pas les relations entre les deux pays, en revanche il va affecter nos relations avec la personne du Premier ministre turc qui a violé les règles du jeu diplomatique", a souligné ce responsable, qui a requis l’anonymat. 
  •  
  •    "Le Premier ministre turc a eu dans cette affaire un comportement sans précédent. Il aurait très bien pu, comme l’ont fait d’autres responsables turcs, émettre en y mettant les formes des critiques contre l’opération menée par l’armée israélienne dans la bande de Ghaza", a ajouté ce responsable.
  •  
  •    La Turquie est le principal allié d’Israël dans le monde musulman.
  •  
  •    La présidence de l’Etat en Israël avait auparavant catégoriquement démenti vendredi que le président Shimon Peres ait présenté la veille des excuses à  M. Erdogan, qui venait de quitter un débat public au Forum économique mondial de Davos.
  •  
  •    "Cette allégation n’a pas le moindre fondement", a déclaré à l’AFP la porte-parole de la présidence, Ayelet Frish.
  •  
  •    Elle a confirmé en revanche que M. Peres avait appelé M. Erdogan, affirmant que les deux dirigeants avaient eu une "conversation amicale".
  •  
  •    "Lors de cet entretien, le Premier ministre turc a souligné que son geste ne visait pas M. Peres mais le président de séance", qui lui avait coupé la parole, a précisé cette porte-parole.
  •  
  •    Le Premier ministre turc s’est mis en colère lors du débat, le quittant en reprochant aux organisateurs de l’empêcher de parler après une longue intervention de M. Peres.
  •  
  •    M. Erdogan, qui dirige une formation issue de la mouvance islamiste, a fustigé quasi-quotidiennement l’offensive de 22 jours d’Israël dans la bande de Ghaza.
  •  
  •    
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!