Monde

Jugement anti-circoncision : les musulmans d'Allemagne en appellent au Parlement

 
    Une vingtaine d’associations musulmanes  allemandes ont lancé mercredi un appel au Parlement pour mettre fin à  "l’insécurité juridique" née selon elles d’un jugement mettant hors-la-loi la  circoncision pour motifs religieux.    "Nous demandons au Bundestag (chambre basse du Parlement allemand, ndlr)  ainsi qu’aux politiques d’agir le plus vite possible pour mettre fin à  l’insécurité juridique et établir une réglementation protectrice permettant la  circoncision des garçons", a déclaré Gürcan Mert, représentant de l’association  islamo-turque DITIB, s’exprimant au nom de tous les signataires, lors d’une  conférence de presse à Cologne (ouest).    Dans un jugement qui devrait faire jurisprudence, le tribunal de grande  instance de cette ville a estimé que "le corps d’un enfant était modifié  durablement et de manière irréparable par la circoncision".    Cette décision représente un "grand préjudice pour le concept  d’intégration", a de son côté expliqué Ali Kizilkaya, porte-parole du Conseil  de coordination des musulmans en Allemagne (KRM), qui malgré son nom ne  représente pas l’ensemble de cette communauté.    "A travers cette conférence de presse qui réunit un très large spectre  d’organisations représentatives, nous lançons un appel au législateur pour  trouver une solution", a-t-il dit.    "L’Allemagne est un Etat de droit, où l’exercice des libertés et notamment  la liberté religieuse est très important et je crois qu’une interdiction (de la  circoncision) ne serait pas bonne pour le crédit et la compréhension de  l’Allemagne, j’espère que cela sera corrigé très rapidement", a-t-il ajouté.    La décision du tribunal de Cologne rendue publique le 26 juin a également  provoqué de nombreuses réactions négatives au sein de la communauté juive,  rejointe par les Eglises catholiques et protestantes d’Allemagne.    Elle a créé un large débat sur la liberté religieuse et le gouvernement  allemand, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Guido  Westerwelle, qui a pris ses distances vis-à-vis de cette décision.    "Il faut que ce soit clair : les traditions religieuses sont protégées en  Allemagne", a notamment souligné le ministre.
 
 
 Algerie – ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!