En directAlgérie

« Il nous a jetés en prison ! » : Kamel Fenniche, Un acteur du Printemps Noir en parle…

Algérie – « Le procureur qui nous a jetés en prison le soir du 20 mai 1981 après 24 h de garde à vu dans les sous-sols du commissariat de Bougie sans avoir droit à une seule goutte d’eau ».

C’est ainsi que définit Aissa Arab, un des acteurs du printemps noir, le nouveau président du Conseil constitutionnel, Kamel Feniche. Précisant qu’il était son professeur de  droit constitutionnel au CFA de Bejaia en 1980-1981, Aissa Arab ajoute qu’en sa qualité de procureur, il a dressé un réquisitoire accablant lors du procès le 28 octobre 1981 à l’issue duquel des peines allant d’une année à quatre années fermes ont été prononcés contre de jeunes lycéens et étudiants.

Rappelons que le Chef de l’État par intérim Abdelkader Bensalah a nommé, dans la soirée de mardi 16 avril, un nouveau président du Conseil constitutionnel en la personne de Kamel Feniche en remplacement de Tayeb Belaiz, qui avait démissionné plutôt dans la journée.

Le procureur qui nous a jetés en prison le soir du 20 mai 1981 après 24 h de GAV dans les sous-sols du commissariat de…

Publiée par Aissa Arab sur Mardi 16 avril 2019

Tags

Articles en lien

One Comment

  1. On trouve vraiment n’importe quoi au Conseil Constitutionnel. D’ailleurs, ça doit être un critère de sélection. Et bien, il ne reste plus qu’à le dégager. Le Conseil Constitutionnel, un beau ramassis de copains et de coquins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close