En directAlgérie

Kaouane: « Il n’y aurait pas de presse en Algérie sans le soutien de l’Etat »

Algérie – 28 ans après sa démocratisation et son ouverture au privé, la presse n’arrive toujours pas à atteindre une autonomie et une suffisance financière. C’est ce qu’a confié ce mardi matin le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, sur les ondes de la radio chaîne 3.

Invité à l’occasion de la Journée mondiale de la Radio, Djamel Kaouane a affirmé que la presse n’arrive pas à être autonome. « Je vais vous dire peut-être une vérité qui n’a pas été assez dite […]. Il n’y aurait pas de presse en Algérie sans le soutien de l’Etat. C’est un aspect fondamental ».

Pour le ministre de la Communication, la conjoncture économique actuelle oblige la presse à trouver elle-même les « ressources nécessaires pour passer ce cap, survivre et se redéployer ». Cependant, l’Etat ne se désengagera pas de son soutien à la presse algérienne, a confirmé le ministre.

Selon M. Kaouane, le soutien de l’Etat à la presse est « multiforme » ; direct et indirect. Le soutien indirect consiste ainsi, selon lui, à « la publicité institutionnelle et les prix à l’impression ». Il y aura, en outre, dans un proche avenir un soutien direct à travers le fonds d’aide à la presse qui est en cours de constitution.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close