Monde

Kerry à Israël: "peut-être la dernière chance" de paix avec les Palestiniens

    
 Le secrétaire d’Etat américain John  Kerry a averti lundi Israël qu’il serait bientôt trop tard pour faire la paix  avec les Palestiniens, alors que le chef de la diplomatie américaine est de  nouveau attendu dans la région la semaine prochaine.    "Le temps presse. Les occasions se font rares. Si nous ne réussissons pas  maintenant — et je sais que je fais monter les enchères — nous n’aurons  peut-être pas d’autre chance" de parvenir à la paix, a déclaré M. Kerry devant  des centaines de personnes réunies à Washington par une association de la  communauté juive américaine.    "Nous ne pouvons pas laisser les déceptions du passé prendre l’avenir en  otage. Nous ne pouvons pas faire de l’absence de paix une prophétie  auto-réalisatrice", a lancé M. Kerry dans un discours passionné directement  adressé aux autorités et au peuple israéliens.    "La solution à un Etat n’existe tout simplement pas pour aucune des deux  parties" israélienne et palestinienne, a martelé le secrétaire d’Etat.    M. Kerry doit retourner au Proche-Orient la semaine prochaine pour  s’entretenir avec les dirigeants israéliens, palestiniens et jordaniens, avait  indiqué lundi le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.    L’intéressé a rappelé devant les juifs américains qu’il avait été quatre  fois dans la région depuis le mois de mars et qu’il y retournerait "bientôt"  pour tenter de relancer des pourparlers israélo-palestiniens gelés depuis  septembre 2010.    Exhortant son auditoire à "transmettre un message" à Israël, M. Kerry a  rappelé que "l’absence de paix se transforme en un conflit perpétuel".    "Nous allons nous retrouver dans une spirale négative d’attaques et de  réprésailles qui fermera littéralement la porte à une solution à deux Etats", a  encore prévenu le ministre américain, qui enchaîne les voyages, discours,  entretiens en tête-à-tête ou au téléphone avec les dirigeants arabes et  israéliens depuis sa prise de fonctions il y a quatre mois.    "Le statu quo n’est simplement pas tenable", a-t-il conclu.    M. Kerry devait rencontrer lors de ce forum juif américain la ministre  israélienne de la Justice Tzipi Livni, chargée des négociations avec les  Palestiniens, qui fait régulièrement le voyage de Washington.    La direction palestinienne exige pour reprendre les négociations de paix un  gel total de la colonisation israélienne et une référence aux lignes d’avant  l’occupation israélienne des Territoires palestiniens en juin 1967 comme base  de discussions. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu appelle de son  côté à des négociations immédiates sans "conditions préalables", en allusion à  ces revendications qu’il récuse. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close