Monde

Kerry va présenter un plan de développement pour l'économie palestinienne

         
 Le secrétaire d’État  américain John Kerry est arrivé dimanche en Jordanie, pour sa deuxième visite  en moins d’une semaine, durant laquelle il devrait présenter sa vision pour la  relance économique de la Cisjordanie.    M. Kerry venait d’Éthiopie où il a assisté aux célébrations du cinquantième  anniversaire de l’Union africaine, et devait participer à une réunion du Forum  économique mondial dans la localité jordanienne d’Al-Chounah, sur la mer Morte.    "Ce soir je serai à Amman pour parler du développement économique de la  Cisjordanie, du Sahel, du Maghreb", a dit M. Kerry qui s’exprimait devant des  étudiants à l’Université d’Addis Abeba, peu avant de quitter la capitale  éthiopienne.    "Je pense que l’extrémisme, la violence extrémiste radicale, remplit un  vide créé par l’absence de gouvernance", a-t-il souligné.    M. Kerry effectue sa deuxième visite en Jordanie en cinq jours. Il avait  pris part lors de son dernier déplacement à Amman à la réunion des Amis de la  Syrie, avec 10 autres ministres des Affaires étrangères de pays soutenant  l’opposition syrienne.    Le responsable américain devait rencontrer de nouveau le président  palestinien Mahmoud Abbas à Amman. Les deux hommes s’étaient entretenus pendant  deux heures jeudi à Ramallah (Cisjordanie) pour discuter des moyens de relancer  le processus de paix avec les Israéliens.    M. Kerry, qui a également rencontré le Premier ministre israélien, Benjamin  Netanyahu, a appelé les deux dirigeants à prendre les difficiles décisions  nécessaires pour faire avancer la paix, après un blocage de près de trois ans  en raison d’une reprise de la colonisation dans les territoires palestiniens.    "Le Proche-Orient est le grand-père et la grand-mère de tous les conflits",  a dit M. Kerry aux étudiants éthiopiens.    "Tout le monde sait quels sont les problèmes, la question est: peut-on  surmonter cette fracture? Les Palestiniens méritent un État, Israël mérite la  sécurité et de savoir qu’on ne lui lancera pas de roquettes."    L’Autorité palestinienne que dirige le président Abbas manque de fonds, et  M. Kerry espère attirer d’importants  investissements du secteur privé en  Cisjordanie pour aider l’économie du territoire palestinien. 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!