Monde

Kosovo: gaz lacrymogène au Parlement pour dénoncer l'accord avec la Serbie

 Des députés de l’opposition, opposés à toute normalisation avec la Serbie, ont lancé des gaz lacrymogènes jeudi au Parlement kosovar pour la deuxième fois en une semaine pour empêcher l’ouverture d’une réunion, selon un journaliste de l’AFP sur place. L’opposition avait annoncé qu’elle empêcherait le fonctionnement du Parlement jusqu’à l’abandon de cet accord conclu en 2013 et visant à la normalisation des relations entre le Kosovo et la Serbie.

 Immédiatement après l’incident, le président du Parlement Kadri Veseli a appelé les élus à quitter la salle remplie de fumée et a convoqué une réunion d’urgence de la présidence de l’Assemblée et des chefs des groupes parlementaires. Une centaine de sympathisants du mouvement Vetëvendosje (Autodétermination), principale formation de l’opposition kosovare, réunis devant le bâtiment du Parlement applaudissaient les députés qui quittaient les lieux.

 Un des députés a lâché en sortant du bâtiment que “les conditions ne sont pas réunies pour la tenue d’une réunion” du Parlement. Vetëvendosje est hostile au dialogue sous l’égide de l’Union européenne avec la Serbie, affirmant qu’il ne peut que compromettre l’indépendance proclamée unilatéralement en 2008 par cette ancienne province serbe peuplée par une majorité d’habitants albanais.

 Jeudi dernier, deux députées kosovares se sont évanouies lorsque des élus de l’opposition avaient une première fois lancé des gaz lacrymogènes dans la salle du Parlement. Le gouvernement kosovar avait dénoncé un “comportement violent” contraires aux règles démocratiques, et Washington et Londres avaient vivement condamné cet incident. Le 22 septembre, l’opposition avait lancé des œufs sur le Premier ministre Isa Mustafa, l’empêchant de prononcer un discours sur le dialogue avec la Serbie destiné à normaliser les relations entre les anciens ennemis.

 La Serbie, qui n’a pas reconnu l’indépendance du Kosovo, le considère toujours comme l’une de ses provinces.
En 2013, Pristina et Belgrade ont signé un accord de normalisation sous l’égide de l’Union européenne, ce qui avait ouvert la voie, un an plus tard, à la décision d’entamer les pourparlers pour l’entrée de la Serbie dans l’UE.
Malgré les progrès enregistrés, la Serbie et le Kosovo entretiennent des relations difficiles depuis le conflit armé qui a opposé les forces de Belgrade à une guérilla indépendantiste au Kosovo en 1998-99, poussant l’Otan à intervenir au printemps 1999.

commentaires

commentaires

Tags
Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *