En direct

La chanson sportive : L’autre visage de la violence dans les stades

  • Ces chansons incitent nos jeunes et les encouragent à plus de violence et de régionalisme à tel point que ce phénomène est devenu une préoccupation de toute la société et aussi des autorités publiques. Celle-ci a un impact direct sur la société et sur la stabilité du pays. L’exemple édifiant qui puisse être cité est illustré par les évènements qu’a connue Oran l’été passé après la relégation du premier club de la wilaya, le Mouloudia d’Oran, qui a dégénéré en violence dans le stade avant de se propager dans les rues de la ville.
  •  
  • Le rôle négatif véhiculé par la chanson sportive dans les milieux des jeunes, alors que dans le passé ces chansons vantaient les qualités du sport et des sportifs à l’instar de la troupe ‘El Bahara’ et leur fameux tube ‘Djibouha ya louled’ (Allez les jeunes) qui a coïncidé avec les grands succès des équipes de football et surtout de l’équipe nationale dans les années quatre-vingt. Cette chanson qui reste éternelle a passée les frontières pour avoir été chantée dans les stades des pays voisins à l’instar de la Tunisie. La chanson n’aurait pas eue cet écho si ce n’est les paroles saines et poétiques.
  •  
  • Au contraire, aujourd’hui on entend des chansons incitant à la violence et à la haine, telle cette chanson scandée lors de l’accession d’El Harrach en première division la saison dernière et qui appelle de manière directe à la violence et à l’agression de l’arbitre. La chanson dit dans un de ses vers ‘Nedrob bel Mous, El Bombe à gaz Wel Kabous’ (Je frappe avec le couteau, la bombe à gaz et le pistolet).
  • ‘Dieu nous protège’ lance un vieux qui ne comprend plus la jeunesse d’aujourd’hui.
  •  
  • Le message de paix d’El Bahara, Guerouabi et Ez-zahi, la rébellion des groupes de la honte.
  •  
  • Le vers cité en exemple n’est plus que le reflet de l’image d’autres chanson des groupes ‘Torino’ ou ‘Milano’ ou ‘La Camora’ etc. des groupes qui poussent comme des champignons ces dernières années.
  •  
  • Jadis, des chanteurs connus sur la scène algérienne, des géants de la chanson algérienne qui ont chanté le sport tel El Hadj El Hachemi Guerouabi (Dieu ait son âme) et aussi le maître incontesté Amer Ez-Zahi et autres Deriassa, eux, transmettaient une lettre noble.
  •  
  • Dans les soit disant chansons sportives actuelles, les pseudo chanteurs chantent la pomme de terre, la Harga et le chômage, résumant la mal vie de notre jeunesse d’une manière générale. Ces chansons qui font fureur parmi nos jeunes livrés à eux-mêmes dans les rues, les écoles et les stades.
  •  
  • Nouveau phénomène de violence après le terrorisme.
  •  
  •  
  •  

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!