Economie

La consommation énergétique nationale équivaut à 40 millions de tonnes-an de pétrole

La consommation énergétique nationale équivaut à une moyenne de 40 millions de tonnes/an de pétrole, soit un taux de croissance annuel estimé à 15%, a indiqué dimanche le ministre de l’Energie et des mines, M.Youcef Yousfi."Cette consommation sera portée à près de 100 millions de tonnes/an, à l’horizon 2030", a ajouté le ministre dans une lettre aux participants au 5ème congrès maghrébin du génie des procédés, ouvert dimanche à Boumerdes.Les congressistes, réunis pour une durée de 3 jours, se pencheront sur le "génie des procédés et la problématique du produit concurrentiel".M. Yousfi a précisé dans son message, lu par son conseiller Ahmed Mechraoui, que la couverture de cette demande croissante sur l’énergie requiert de "nouvelles prospections en la matière" et la "reconversion de l’Algérie en un pays industriel et producteur d’équipements et produits divers".La concrétisation, en cours, de nouveaux projets dans le domaine des énergies renouvelables peut, aussi, contribuer à la couverture de cette demande, a indiqué le ministre, signalant l’affectation de près de 100 milliards de dollars pour porter la production nationale en énergies renouvelables à près de 36.000 mégawats/an, à l’horizon 2030.Selon ses organisateurs, cette manifestation scientifique participe à la consécration d’une "gestion rationnelle des ressources naturelles par la concrétisation d’actions innovantes consacrant un développement sain et durable, permettant la production de produits de consommation concurrentiels et multiples".Offrir aux chercheurs, industriels, ingénieurs et étudiants participants, un "espace idoine pour exposer les résultats de leurs recherches, tout en leur permettant de confronter leurs idées" est l’autre objectif assigné à ce congrès.Les thèmes abordés portent, entre autres, sur les développements survenus dans le domaine du génie des procédés, ainsi que les nouvelles orientations, les besoins futurs et les applications industrielles possibles en la matière.Ce congrès, organisé à l’initiative du Groupe algérien de génie des procédés et de la division Laboratoires de Sonatrach, a été marqué par la participation du président directeur général de la Sonatrach, M. Abdelhamid Zerguine, ainsi que de chercheurs et académiciens venus de Tunisie, du Maroc, d’Italie, de France et de Russie et de nombreuses universités algériennes.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close