En direct

La croissance économique nécessite la stabilité et l’harmonie sociale

Le ministre de la Prospection et des statistiques, Hamid Temmar, a estimé, jeudi à l’université de Mascara, que la croissance économique et le développement reposent principalement sur "la stabilité et la cohésion sociale, objectifs que veut atteindre l’Algérie à travers sa politique sociale et de solidarité".

Animant une conférence au profit des doctorants en économie, venus de plusieurs universités du pays, le ministre a indiqué que "le développement économique ne peut jamais être abordé isolément des conditions sociales de chaque pays et ses spécificités".

"L’Algérie a traversé des phases difficiles sur les plans économique dans les années 80 et sécuritaire dans les années 90. Ces contextes particuliers se sont répercutés sur les efforts déployés pour assurer le développement national et font que les fruits de ces efforts ne se reflètent pas suffisamment sur le terrain", a ajouté M. Temmar.

Le ministre a souligné que "l’Etat algérien doit poursuivre sa politique sociale, représentant 40% de ses dépenses et de persévérer dans l’économie de la solidarité", plaidant pour des réformes liées au système bancaire, au renforcement du marché des capitaux et pour la mise en place d’une réglementation du marché du foncier industriel afin de mettre en place une économie, basée sur des ressources hors hydrocarbures.

L’intervenant a ajouté qu’il est nécessaire d’ouvrir un champ plus large aux entreprises privées tout en conservant un réseau important d’entreprises publiques, qui constitue le pilier de l’industrie national, tout en ouvrant leurs capitaux aux investisseurs étrangers.

Pour sa part, le professeur Alain Bayanaiem, de l’Université de Paris Dauphine (France) a abordé les rapports finances-industrie et leur évolution dans divers contextes.

Son collègue, Claude Albagli, de l’Université de Paris Est Créteil, a traité des incertitudes théoriques de la croissance européenne, dans un contexte marqué par des crises dans plusieurs pays du vieux continent et l’émergence d’économies émergentes en Asie et en Amérique latine.

Ces interventions ont suscité un large débat de la part de l’assistance, qui a suivi avec intérêt ces communications.

 
 
 

Algerie – ennaharonline

 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!