En direct

La fille de Ben Bella répond à Saïd Sadi

« Pour toute réponse que j’aimerai adresser à Saïd Sadi suite à l’article paru sur TSA, je ne peux donner que le parcours de Ahmed Benbella.

1947.     Conseiller municipal PPA/MTLD de Marnia

1948.     Membre de l’Organisation secrète (OS) et son responsable pour l’Oranie

1949.     Responsable national de l’Organisation secrète en remplacement de Mr Hocine Ait Ahmed

1950.     Arrestation par les autorités coloniales

1951.     Évasion de la prison de Blida

1952.     Rejoint Le Caire pour devenir membre du Maghreb Arabe comme représentant du PPA/MTLD avec Mohamed Khider et Hocine Ait Ahmed

1953.     Membre du Comité révolutionnaire d’union et d’action (CRUA)

1° Novembre 1954. L’homme qui annonce sur les ondes de Saout El Arab le déclenchement de la Révolution algérienne

Août 1956. Désigné membre titulaire du Conseil national de la Révolution algérienne (CNRA) au même titre que Benboulaid, Krim et Abane, entre autres

Octobre 1956. Arrêté avec ses compagnons dans l’avion détourné par l’armée française

Août 1957. Désigné membre du CNRA et du CEE au même titre que ses compagnons à la prison de la santé ainsi que Abane, entre autres

Septembre 1958. Désigné vice-président du gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) dans le Premier gouvernement

Janvier 1960. Confirmé en tant que vice-président du GPRA dans le Deuxième gouvernement

Août 1961. Confirmé en tant que vice-président du GPRA dans le Troisième gouvernement

D’Août 1956 à l’indépendance à 1962. Membre titulaire des cinq congrès du CNRA

1962.     Premier chef du gouvernement dans l’Algérie libre et indépendante

1963.     Premier président de la République

Aucun de tous les responsables de la Révolution sans exception n’a pu déceler que Ahmed Benbella était à la solde de l’Égypte et de la France.

Aucun de tous les opposants qui ne partageaient pas sa vision politique, Abane compris, n’a traité Ahmed Benbella d’agent de l’étranger.

Et voilà qu’un petit « Colombo », à savoir Saïd Sadi, découvre qu’Ahmed Benbella est un agent à la solde de l’Égypte et de la France.

Quel scandale,

Si fréquenter les grandes personnalités qui dirigeaient le monde et Ahmed Benbella en a fréquenté beaucoup de Guévara à Mandela sans oublier Abdel Nasser, Mohamed V et Bourguiba pour ne citer que ceux-là, c’est être un agent d’un pays, alors que dire de Saïd Sadi dont la fréquentation plus que douteuse qu’il entretient avec les gens qui ne cessent de tirer sur notre pays, de le diaboliser et d’essayer de le détruire dans son unité et son entité.

Aux Algériens de juger ce comportement et d’en tirer les conclusions.

Pour ma part, je dis à Saïd Sadi, vous n’arriverez jamais à la cheville de Ahmed Benbella. »

 

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *