Economie

La finance islamique comme alternative

  •    Dans une déclaration finale, le Forum a appelé à "la promotion de la finance islamique en tant qu’alternative viable au système financier conventionnel".
  •  
  •    Il a notamment demandé "aux gouvernements et aux banques islamiques de développer les micro crédits conformes à la charia", la loi islamique, pour en faire bénéficier les entreprises des pays en voie de déloppement.
  •  
  •    "La déclaration contient une série de propositions qui, si elles sont largement appliquées, entraîneront des changements importants pour le monde musulman comme non musulman", a déclaré le président de la Fondation du WIEF, Tun Musa Hitam.
  •  
  •    La 5è édition du Forum a réuni depuis lundi quelque 1.500 représentants de 38 pays et des hommes d’affaires et investisseurs. Nombre d’entre eux ont mis en cause le système financier actuel, présenté symboliquement comme celui de "Wall Street", dans la crise mondiale. Contre "l’avidité débridée" du marché, selon le Premier ministre malaisien Abdullah Ahmad Badawi, ils ont fait l’éloge des principes de la finance islamique qui interdit les transactions ayant recours à l’intérêt et à la spéculation.
  •  
  •    La Banque islamique de développement (IDB) a été appelée à jouer un rôle moteur pour sa promotion alors que les encours de la finance islamique sont estimés entre 700 millions et un milliard de dollars.
  •  
  •    Le Forum a également appelé, dans sa déclaration, à maintenir l’élan pour l’ouverture des marchés face à la tentation du protectionnisme. "Tout le monde serait perdant dans une guerre commerciale", a averti le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono.
  •  
  •    Le 6è WIEF se déroulera du 18 au 20 mai 2010 à Kuala Lumpur.
  •  
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close