Monde

La France et la Chine célèbrent lundi 50 ans de relations bilatérales

    
Le 27 janvier 1964, en pleine guerre  froide, la France du général de Gaulle et la Chine communiste établissaient des  relations diplomatiques. Cinquante ans après, Paris et Pékin commémorent un  événement "visionnaire" mais beaucoup reste à faire en matière économique.    Crise des missiles nucléaires (1962), rupture sino-soviétique (1963),  guerre des Etats-Unis au Nord-Vietnam (1964). "C’est dans ce contexte que De  Gaulle prend des initiatives au-delà de la division entre les blocs. Ce  rapprochement a redonné un rôle à la France en Asie, y compris par rapport aux  Etats-Unis", analyse l’historien François Godement, du centre de réflexion  Conseil européen pour les relations internationales (ECFR).    Marc Fosseux, de la Fondation Charles de Gaulle, relève que le Général "a  été le premier chef d’Etat occidental à nouer des relations diplomatiques avec  la Chine". Les Etats-Unis n’ont établi de relations avec la Chine qu’en 1978.  La Grande-Bretagne avait reconnu la République populaire dès le 6 janvier 1950  mais les deux pays n’ont échangé des ambassadeurs qu’en 1972.    Le 27 janvier 1964, à midi heure française, un flash de l’AFP annonce:  +Paris et Pékin ont décidé d’établir des relations diplomatiques (officiel)+.  Peu après, le Général déroule devant la presse sa vision de la Chine: "Un grand  peuple, un très vaste pays, (…) un Etat plus ancien que l’Histoire, toujours  résolu à l’indépendance".    Après la rupture sino-soviétique, la Chine cherchait de son côté des  ouvertures à l’Ouest.    "Cela a non seulement bousculé l’ordre bipolaire sur fond de Guerre froide  mais cela a également représenté une grande percée lointaine sur l’évolution  vers un monde multipolaire", commente l’actuel ministre chinois des Affaires  étrangères, Wang Yi.     "C’était une décision visionnaire à l’égard d’une grande puissance en  devenir dont l’importance dans les affaires du monde s’impose aujourd’hui comme  une évidence", souligne son homologue français Laurent Fabius, défenseur d’une  diplomatie économique tournée vers l’Asie.    Tout au long de 2014, de multiples évènements – Paris-Pékin en vélo,  expositions, échanges culturels… – sont prévus pour commémorer ce 50e  anniversaire. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!