En direct

La messe de Noël célébrée par l'archevêque d'Alger

  •    "La religion, le rapport de l’Homme à Dieu ne peut jamais être un acte de violence ni ne peut justifier un acte de violence", a martelé l’archevêque.
  •  
  •    "Comment peut-on se permettre des actes de violence au nom de Dieu puisque c’est à Dieu qu’on les fait ?", s’est interrogé Mgr Bader, qui venait d’expliquer que tout acte bon ou mauvais envers quelqu’un revenait à être commis envers Dieu.
  •  
  •    Parmi les fidèles réunis dans cette cathédrale de béton aux vitraux colorés et au décor extrêmement sobre, figuraient les quatre dernières moniales (religieuses contemplatives) de Tibhirine venues à Alger pour célébrer ce moment fort de la chrétienté. 
  •  
  •    Une dizaine de Pères blancs, dont sept membres ont été assassinés en 1996 près de leur monastère dans cette région de l’Atlas à une centaine de kilomètres au sud d’Alger, ont également assisté à la messe.
  •  
  •    "Paix pour les Hommes, a martelé l’archevêque. Un tel mot ne devrait pas être un beau rêve", a-t-il plaidé, non loin d’une crèche de personnages de porcelaine revêtues de soieries et d’un arbre sobrement enguirlandé.
  •  
  •    Paix, paix, paix, ont chanté en dansant des jeunes d’un choeur africain essentiellement burundais et camerounais, accompagnés d’une tabla et d’une guitare.
  •  
  •    A leurs côtés, un seul chanteur blanc, un Polonais, venu, a-t-il expliqué à l’AFP "de Tizi-Ouzou, la capitale de la Kabylie, avec une dizaine d’autres Polonais pour vivre ce moment avec la communauté catholique d’Algérie", forte de quelques milliers de membres.
  •    
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!