En direct

La réévaluation de l'accord d'association entre l’Algérie et l'UE "nécessaire"

Selon un communiqué publié à l’issue du conseil des ministres tenu mardi, l’Algérie considère nécessaire de réévaluer les volets économique et commercial de l’accord d’association avec l’Union européenne (UE) qui n’a pas réalisé les objectifs attendus en matière d’investissements européens en Algérie.

    Le Conseil des ministres a jugé que la chute de près de la moitié des revenus extérieurs du pays, du fait de la  crise du marché pétrolier, rend davantage nécessaire cette évaluation que l’Algérie réalisera conjointement avec l’UE conformément aux dispositions de l’accord, entré en vigueur le 1er septembre 2005.

   Lors de la récente visite en Algérie de la haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, la partie européenne a officiellement notifié son accord à la demande algérienne, ouvrant ainsi la voie aux discussions pour adapter les échanges économiques et commerciaux entre les deux parties, aux termes de l’accord d’association basé sur la réciprocité des intérêts et sur les avantages mutuellement partagés, rappelle la même source.

  Les exportations algériennes hors hydrocarbures vers l’Union européenne (UE), constituées essentiellement des produits énergétiques et miniers dérivés, ont enregistré une timide amélioration » par rapport aux importations en provenance de cette zone depuis l’entrée en vigueur de l’accord d’association en 2005.

  Une récente évaluation de l’impact de l’accord d’association (2005/2014) réalisée par l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex) a a en effet relevé que les exportations algériennes hors hydrocarbures se sont établies à seulement 12,3 milliards de dollars en près de dix (10) ans contre 195 milliards de dollars d’importations.

Aps 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close