Monde

La Russie montre qu'elle n'est pas prête à lâcher Damas

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

 La Russie a annoncé mardi qu’elle  boycotterait la conférence internationale à Tunis vendredi sur la crise enSyrie, montrant ainsi qu’elle n’était pas prête à lâcher Damas après avoir déjà  bloqué deux résolutions de l’ONU condamnant la répression du régime de Bachar  al-Assad.   "Nous n’avons été informés ni de ses participants, ni de son ordre du  jour", a souligné le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères,  Alexandre Loukachevitch, dans un communiqué. "Mais le plus important, c’est que l’objectif réel de cette initiative  n’est pas clair (…). Compte tenu de ces circonstances, nous ne voyons pas de  possibilité de participer à la conférence de Tunis", a-t-il ajouté.  La Tunisie accueille vendredi une "conférence des amis du peuple syrien",  une proposition de Paris et Washington, à laquelle participeront des diplomates  arabes et occidentaux, ainsi que le Conseil national syrien, principale  instance de l’opposition syrienne, et d’autres groupes d’opposition.  L’objectif est de faire cesser les violences qui ont fait selon les Nations  unies plus de 6.000 morts en Syrie depuis le début en mars 2011 du mouvement de  contestation réprimé par le régime de Bachar al-Assad.  Mais aux yeux de l’ambassadeur russe à l’ONU, Vitali Tchourkine, la  "conférence des amis du peuple syrien" vise à orchestrer "une attaque frontale  contre le régime d’Assad".    "Si ce scénario se produit, cela ne fera qu’aggraver le carnage, la guerre  civile, et entraîner une possible désagrégation de la Syrie avec de graves  conséquences régionales à la fois pour l’Irak et le Liban (frontaliers, ndlr),  et peut-être même en dehors de la région", a déclaré M. Tchourkine à la télévision russe.  Pour l’expert Fedor Loukianov, rédacteur en chef de la revue "la Russie  dans la politique mondiale", l’Occident "craint de plus en plus que le départ  d’Assad puisse entraîner le chaos" en Syrie.  La Russie a "l’impression qu’il s’agit de former une coalition  internationale (…), afin de soutenir une partie d’un conflit intérieur contre  l’autre", a renchéri M. Loukachevitch. Ainsi le porte-parole de la diplomatie russe a déploré que "des  représentants du gouvernement syrien n’ont pas été invités".  "Il est peu probable que cette conférence puisse aider à commencer un  dialogue national syrien visant à trouver des solutions pour surmonter la crise  intérieure", a-t-il encore dit.  Avant même la création du groupe des "amis du puple syrien", la Russie  avait estimé qu’une telle structure serait illégitime au regard de la  législation internationale.  L’Occident accuse la Russie de fermer les yeux sur les atrocités commises  par le régime de Bachar al-Assad, après que Moscou et son allié chinois ont  bloqué à deux reprises des résolutions au Conseil de sécurité de l’ONU  condamnant la répression sanglante de Damas.    La Chine ne s’est quant à elle pas prononcée sur son éventuelle  participation à la conférence de Tunis.    Depuis le début de la crise, la Russie, alliée de longue date de la Syrie à  laquelle elle vend des armes, n’a eu de cesse d’apporter son soutien au régime  de Bachar al-Assad, tout en appelant à "faire cesser les violences d’oùqu’elles viennent".   Selon M. Loukianov, "la Russie va garder ses distances jusqu’au bout, en  soulignant que tout doit être décidé au Conseil de sécurité de l’ONU (où elle  dispose d’un droit de veto, ndlr) et qu’il faut prendre en compte à la fois le  point de vue de l’opposition et celui d’Assad".

 

 

 

  

 

Algérie- ennaharonline 

 

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

commentaires

commentaires

Voir plus

bilel messoudi

Journaliste-Rédacteur du site web ALG24 depuis décembre 2014
Dans la presse électronique depuis avril 2009. Spécialisé dans l’information de sports .
adresse: cité 722 logement sidi yaya – hidra alger
bilel-messoudi@ennaharonline.com

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *