En directAlgérie

Lakhdar Brahimi s’en prend à une partie de la presse algérienne

Algérie – Dans un communiqué, l’ancien diplomate, Lakhdar Brahimi, est revenu sur la démarche qu’il a entamée pour désamorcer la situation politique en Algérie depuis le début de son séjour dans le pays il y a plus de dix jours.

Reconnaissant avoir rencontré Kamel Daoud, Saïd Sadi et Abdelaziz Rahabi, l’ancien ministre des Affaires étrangères a cependant nié catégoriquement avoir rencontré la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune.

Cette dernière a, pour rappel, infirmé il y a quelques jours une information de cette nature, publiée par des médias.

Visiblement remonté, Lakhdar Brahimi s’en est pris à une partie de la presse algérienne sans la nommer,  l’accusant d’être animée d’  « une mauvaise intention ». « Cette presse précisément, tance-t-il, n’a pas hésité, par une mauvaise intention affichée qualifiable d’incitation au crime, à inventer d’autres rencontres (avec d’autres personnalités) qui n’ont pas eu lieu, et qui n’ont pas été programmées ».

Disant n’avoir pas besoin d’être mandaté pour rencontrer ces personnalités dans le but de parler de la situation du pays, l’ancien diplomate  a remis une couche. « Mais rien n’incite au désespoir, lors des manifestations à travers le pays, des pancartes hostiles à ma personnes et d’autres ont été brandit. En même temps, les voix des hommes, femmes, jeunes et petits ont été levées pour réclamer un dialogue », a-t-il estimé.

Et de charger, « la presse, dont je parlais, a tenu à ne pas faire la moindre références à ces voix ».

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close