Economie

L’Algérie en mesure de faire face au choc pétrolier (FMI)

L’Algérie a la possibilité de mener l’ajustement au choc des prix de pétrole qui jusqu’ici n’a eu qu’un effet limité sur la croissance économique, indique le Fonds monétaire international (FMI).

   « Jusqu’à présent, le choc des cours du pétrole n’a eu qu’un effet limité sur la croissance économique », selon le FMI dans son rapport annuel sur l’économie algérienne, établi suite aux consultations de 2016 au titre de l’article IV de ses statuts.

   Grâce aux marges accumulées par le passé, l’Algérie a la possibilité de mener l’ajustement au choc d’une manière progressive et de reconfigurer son modèle de croissance malgré la détérioration des soldes budgétaires et extérieurs, précise cette institution multilatérale.

    Le FMI avait salué en avril dernier les nouvelles orientations du gouvernement en matière de croissance qui s’appuient sur l’efficience budgétaire, la mobilisation des ressources locales et l’élargissement de l’assiette fiscale sans augmenter les taux d’imposition.

   Les prévisions de croissance du FMI laissent entrevoir une amélioration jusqu’en 2021 malgré la baisse des cours de brut qui semble se maintenir dans la durée.

   En 2015, le PIB réel a progressé de 3,9%, selon le FMI qui table sur une croissance de 3,4% en 2016 et de 2,9% en 2017.

  La croissance rebondira à partir de 2019 pour atteindre 3,4% en 2021.

  Le secteur des hydrocarbures qui a renoué avec la croissance en 2014, après deux années de contraction, va maintenir cette tendance haussière durant les cinq prochaines années, prévoit le Fonds.

 Le déficit budgétaire qui a doublé en 2015 pour s’établir à 16% du PIB sous l’effet de la baisse des recettes hydrocarbures se réduira progressivement durant les cinq prochaines années pour atteindre 5,3% en 2021.

Aps

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close