En direct

L'Algérie lance officiellement le processus d'acquisition de Djezzy

  •    Le gouvernement algérien qui a lancé lundi un avis d’appel d’offres international restreint, a ainsi décidé de faire prévaloir son droit de préemption et d’acquérir la filiale algérienne d’OTH dont 51% des parts ont été tout récemment cédées par l’homme d’affaire égyptien Naguib Sawris à Vimpelcom.
  •  
  •    L’appel d’offres restreint a été lancé à destination de cabinets d’expertise internationaux spécialisés qui ont jusqu’au 24 novembre pour soumettre leur candidature. Il s’agit de trouver, dit l’appel d’offres du gouvernement, "un partenaire devant l’accompagner dans l’opération  d’acquisition par l’Etat algérien de la société Orascom Telecom Algérie".
  •  
  •    Selon la presse, le cabinet d’expertise retenu devra trouver les moyens légaux dont dispose l’Etat afin de faire valoir son droit de préemption et ainsi racheter Djezzy. 
  •  
  •    En vertu de la loi sur les investissements étrangers de 2009 et 2010, l’Etat algérien se porte systématiquement acquéreur de 51% des parts de toute entreprise étrangère implantée sur le territoire national.
  •  
  •    Djezzy est présent en Algérie depuis 2001.
  •    Le patron du russo-norvégien Vimpelcom, Alexander Izosimov, avait offert mercredi à Alger de céder le fleuron de la téléphonie mobile en Algérie à "un prix équitable": 7,8 milliards de dollars, alors que nombre de sources en Algérie estimaient jusqu’à présent que Djezzy pouvait être racheté pour 3 mds ou 3,5 mds de dollars.
  •  
  •    Djezzy, premier opérateur mobile en Algérie avec 15 millions d’abonnés, est au centre depuis des mois de difficiles discussions sur son avenir.
  •  
  •    Le gouvernement algérien s’était déjà opposé à sa vente récente par OTH au sud-africain MTN.
  •  
  •    Entre-temps, Djezzy s’est vu sanctionner pour des impayés au fisc: 600 millions de dollars ont été versés fin avril suivis à nouveau d’une demande de 230 millions de dollars. De plus le président de Djezzy a été convoqué il y a une quinzaine de jours par la police algérienne dans le cadre d’une enquête sur des allégations d’infraction à la législation sur les changes.
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *