En directAlgérie

L’Algérie prend part à la réunion ministérielle de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique

 L’Algérie prend part à la réunion ministérielle de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), qui s’est ouverte samedi dans la capitale japonaise, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Cette conférence de deux jours, à laquelle participe une délégation algérienne conduite par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Noureddine Ayadi, a pour objectif de procéder à une « évaluation d’ensemble de l’état de la mise en œuvre du Plan d’action arrêté en 2013 à Yokohama (TICAD V) et du Plan de mise en œuvre convenu en 2016 à Nairobi (TICAD VI) », précise-t-on de même source.

La rencontre devrait permettre de « dégager des recommandations de nature à faciliter la concrétisation des engagements pris dans le cadre du mécanisme de la TICAD, en prévision du prochain Sommet de la TICAD, prévu à Yokohama au Japon, du 28 au 30 août 2019 », ajoute le communiqué.

Au cours de cette réunion, la délégation algérienne est intervenue pour « rappeler la dimension et la place historiquement pionnière de la TICAD en tant que partenaire stratégique de l’Afrique » et de « rendre hommage au gouvernement japonais qui, il y a maintenant plus de 25 ans, a initié une plateforme pour accompagner les efforts multiformes de l’Afrique pour son développement ».

Elle a tenu à marquer « l’appréciation de l’Algérie quant à la consécration de la Commission de l’Union africaine comme co-organisateur de cet événement, consécration qui doit être entendue dans sa pleine expression à travers, notamment, le respect de la volonté des Etats africains telle qu’elle ressort des décisions pertinentes et souveraines des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA sur les partenariats internationaux qui engage l’Afrique avec le reste du monde, plus particulièrement celle relative à l’impératif d’assurer la participation pleine et effective de tous les Etats membres aux activités liés aux partenariats de l’UA ».

Ce fut, également, l’occasion pour M. Ayadi, de rappeler « l’importance conférée par l’Afrique au développement de projets structurants en matière d’infrastructures et de nouvelles technologies de communication, en tant que leviers essentiels dans le processus d’intégration régional et sous-régional de l’Afrique ».

Il a, dans ce contexte, invité le Japon, « en tant que partenaire stratégique, à accompagner les efforts de l’Afrique sur la base d’une relation mutuellement bénéfique, à travers, notamment, le financement de projets en rapport avec ces deux domaines hautement stratégiques pour l’Afrique, tels que définis par les chefs d’Etat et de gouvernement dans l’Agenda de développement stratégique de l’Afrique ».

A cet égard, il a fait référence à certains projets d’envergure continentale en cours de finalisation, à l’instar de la route transsaharienne Alger-Lagos, le gazoduc Nigeria-Algérie et la fibre optique Alger-Abuja, « pour lesquels le Japon pourrait apporter sa précieuse contribution ».

En marge des travaux de cette réunion, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères a eu un entretien avec le vice-ministre japonais chargé des questions parlementaires, qui a porté sur les relations bilatérales et les perspectives de leur renforcement.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close