En direct

L'Algérie propose la création d'un observatoire arabe des maladies émergentes et réémergentes

  • Concernant la veille sanitaire face notamment à la menace d’une pandémie de grippe porcine A/H1N1, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Saïd Barkat, a déploré le fait que les Etats arabes ne isposent pas d’une organisation commune leur permettant de ne pas être les "otages passifs" des décisions et autres recommandations émises "ailleurs". Il a proposé à cet effet la création d’un observatoire arabe des maladies émergentes et réémergentes et des fléaux dus aux catastrophes naturelles.
  • Cet observatoire permettrait notamment aux Etats arabes de disposer d’un "instrument commun de veille et d’alerte sanitaire leur donnant la possibilité de réagir rapidement face à toute menace sanitaire concernant l’un des Etats de la région", a indiqué M. Barkat.
  •  
  • La proposition de l’Algérie a été chaleureusement accueillie par les membres du bureau exécutif et a été retenue au titre des résolutions issues de cette session extraordinaire. Les autres résolutions retenues portent notamment sur une implication accrue des médias arabes dans l’éducation sanitaire et l’information sur des bases scientifiques établies, la synthèse des plans nationaux arabes disponibles pour réaliser un plan arabe type de prévention et de lutte en matière de menace de pandémie d’une grippe A/H1N1.
  •  
  • Elles portent également sur la mise en place d’une approche commune pour la production des médicaments antiviraux nécessaires, la saisine de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour étudier l’opportunité de revoir le plan d’alerte sur des bases autres que strictement géographiques, et veiller au titre des urgences de santé publique à ce que les produits pharmaceutiques nécessaires à la lutte contre une éventuelle pandémie ne relèvent pas d’un quelconque monopole.
  •  
  • Réunis en urgence pour examiner les voies et moyens d’élaborer une réponse arabe concertée pour faire face à la menace de la grippe porcine, les ministres arabes de la Santé membres du bureau exécutif ont fait le point de situation et passé en revue les dispositifs nationaux déjà mis en place avant d’engager un débat sur les actions à entreprendre.
  •  
  • En marge des travaux de la réunion, M. Barkat s’est entretenu avec plusieurs de ses homologues qui ont exprimé leur souhait de voir leurs pays bénéficier de l’assistance de l’Algérie dans différents domaines, particulièrement en matière d’identification et de diagnostic, sachant que le laboratoire de référence de la grippe de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), laboratoire de référence de l’OMS pour la région africaine en matière de grippe depuis 2005, a acquis le savoir-faire nécessaire pour identifier le virus de la grippe humaine d’origine porcine A/H1N1.
  •  
  • Ennaharonline/aps
  •  

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!