En direct

L'Algérie renforce sa sécurité à la frontière avec la Libye

  •    Selon ce journal, quelque 7.000 gendarmes et cinq bataillons de l’armée ont été dépêchés à la frontière algéro-libyenne pour notamment "empêcher toute tentative d’acheminement d’armes et d’infiltration" des membres d’Aqmi en Algérie.
  •  
  •    Cette information n’a pas été confirmée de source officielle.
  •  
  •    Aqmi "a réussi à acquérir des armes lourdes et des missiles anti-aériens grâce à des insurgés libyens ses nouveaux alliés", a ajouté L’Expression qui cite des "source sécuritaires".
  •  
  •    "L’alerte est maximale surtout que le chef de l’Etat se rendra le 5 avril prochain à Tamanrasset. Il n’est donc pas question de laisser la moindre faille dans le maillage sécuritaire du sud", a précisé le quotidien francophone.
  •  
  •    Le président Abdelaziz Bouteflika doit effectuer mardi une visite de travail et d’inspection dans le département de Tamanrasset dans l’extrême sud algérien, selon une source officielle.
  •  
  •    Le ministre des Affaires étrangères algérien Mourad Medelci avait estimé le 24 mars que les événements en Libye risquaient de favoriser le "terrorisme", dans un entretien à L’Expression.
  •  
  •    "Ce qui se passe en Libye peut être considéré comme une chance de plus que nous donnons aux terroristes", avait-il déclaré, en jugeant que cette situation sera "exacerbée par l’intervention étrangère"
  •  
  •    Selon des sources sécuritaires maliennes et nigériennes, Aqmi, qui s’est fait une spécialité d’enlever des Européens, se serait déjà emparée "d’armes lourdes" dérobées à la faveur de la confusion en Libye. Parmi ces armes, figureraient des missiles SAM-7, l’équivalent soviétique du Stinger américain.
  •    
  • Ennaharonline
  •  

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!