Technologie

Lancement d’une étude d'identification de sites d'implantation de récifs artificiels

Une étude scientifique est en cours d’élaboration pour identifier des sites d’implantation de récifs artificiels, une première dans le domaine de la pêche en Algérie, et qui devrait contribuer à la lutte contre la pêche illicite et augmenter la production halieutique, a-t-on appris jeudi auprès d’un responsable de ce secteur.

“Il n’y a pas de raison pour qu’on n’opte pas pour cet élément (récifs artificiels ndlr) d’aménagement et de gestion de l’effort de pêche aussi utilisé et efficace”, a affirmé à l’APS, Kamel Negheli, responsable au ministère de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche en marge d’un séminaire sur la gestion de la pêche artisanale.

Il a fait savoir qu’une étude scientifique menée par le Centre national de recherche et de développement de la pêche et de l’aquaculture (CNRDPA) est en cours en vue de déterminer le nombre de sites potentiels où seront implantés ces récifs ainsi que leurs caractéristiques.

Cette étude sera suivie d’un “protocole d’intervention” pour la réalisation et l’immersion de ces récifs et un autre pour le suivi scientifique des effets de ces abris de pêche ainsi que le cadre juridique permettant la réalisation de ce genre de structures.

En plus du rôle de protection du lieu marin du phénomène de la surpêche exercée par le chalutage, les récifs artificiels sont de véritables structures immergées pouvant constituer un habitat pour des espèces halieutiques et produire de la biomasse.

Un premier récif artificiel pilote a été réalisé au niveau de la côte oranaise par l’association écologique marine “Barbarous” en collaboration avec l’université d’Oran, le secteur de la pêche et d’autres acteurs.

APS

 

 

 

 

 

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *