Monde

L'armée kenyane sur la piste des auteurs de l'enlèvement de quatre humanitaires


     Les forces de sécurité kenyanes  ratissaient samedi les régions frontalières avec la Somalie à la poursuite des  ravisseurs armés de quatre humanitaires étrangers à Dadaab, au Kenya près de la  Somalie, le plus grand camp de réfugiés au monde dans le nord-est du Kenya.    Les deux hommes et les trois femmes qui travaillaient pour l’ONG Norwegian  Refugee Council (NRC), venaient du Canada, de Norvège, du Pakistan et des  Philippines.    Un chauffeur kenyan a été tué et deux autres blessés durant l’attaque qui  s’est déroulée à la mi-journée vendredi.    "Les recherches s’intensifient et des renforts des forces de sécurité ont  été envoyés sur place pour tenter coûte que coûte de retrouver les humanitaires  enlevés mais, jusqu’à présent, aucun d’entre eux n’a été récupéré", a déclaré à  l’AFP le porte-parole de l’armée kenyane, Cyrus Oguna.    Des recherches aériennes utilisant à la fois des avions et des hélicoptères  se poursuivent, alors que des véhicules et des troupes à pied fouillent une  brousse isolée des deux côtés de la frontière poreuse avec la Somalie.    Le Kenya, qui a envahi le sud de la Somalie en octobre dernier pour  attaquer le groupe islamiste somalien des shebab lié à Al-Qaïda, dispose de  troupes à quelques 120 kilomètres à l’intérieur de la Somalie, qui ne  contrôlent cependant que des poches de ce vaste territoire.    En dépit des craintes que les ravisseurs et leurs otages se dirigent vers  la Somalie, le porte-parole militaire kényan a dit qu’il espérait qu’ils  étaient toujours sur le territoire kenyan.    "Nous pensons qu’ils sont au Kenya, nous faisons tous les efforts  possibles, et nous espérons une issue positive", a-t-il ajouté.    Le véhicule des humanitaires, que les ravisseurs ont volé après avoir tué  son chauffeur, a été retrouvé quelques heures après l’attaque.    "Selon nos informations, les assaillants venaient de l’intérieur du camp,  ce qui pose de sérieuses questions sur leur statut de réfugié, et comment ils  ont pu amener des armes dans le camp", a commenté le ministre de la Défense,  Yusuf Haji.    Cet enlèvement est le dernier incident en date enregistré dans les camps de  Dadaab connus pour leur insécurité, où la plupart des organisations  humanitaires se déplacent sous escorte.    En octobre dernier, deux employées espagnoles de Médecins sans frontières  (MSF) avaient été enlevées à Dadaab, avant d’être emmenées en Somalie voisine  où elles sont toujours retenues en otage.    Cet enlèvement avait été l’un des éléments déclencheurs de l’intervention  armée du Kenya dans le sud somalien.    L’opération militaire a été lancée contre les insurgés somaliens shebab,  récemment intégrés à Al-Qaïda et que Nairobi tient pour responsables d’une  série d’enlèvements et attaques sur son sol. Les shebab n’ont depuis cessé de  menacer le Kenya de représailles.    Le complexe de camps de réfugiés de Dadaab est le plus grand au monde,  composé essentiellement de Somaliens qui fuient depuis plus de 20 ans violences  et sécheresses chroniques dans leur pays. Le complexe, souvent qualifié de  troisième ville kényane, abritait en mai quelque 465.000 personnes. 
 

Algerie – ennaharonline

 
 

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *