Monde

L'armée reprend le contrôle d'une ville en Irak, 190 morts en 4 jours

    
Les forces de sécurité irakiennes  ont commencé à reprendre vendredi le contrôle d’une ville tombée mercredi aux  mains d’hommes armés qui ont finalement accepté de s’en retirer, au quatrième  jour d’une vague de violences meurtrières liées à des manifestations contre le  gouvernement.    Au total, 190 personnes sont mortes et 292 ont été blessées depuis mardi à  travers le pays, dont une grande partie dans des attaques et heurts entre  forces de sécurité, manifestants sunnites et leurs partisans.    Les hommes armés se sont retirés vendredi matin de la ville de Souleimane  Bek (nord) après un accord conclu sous la médiation de chefs tribaux et de  responsables gouvernementaux, ont expliqué Chalal Abdoul Baban, un responsable  administratif du secteur, et Ahmed Aziz, chef adjoint du conseil municipal de  Souleimane Bek.    M. Baban a précisé que des tirs d’un hélicoptère de l’armée avaient fait  six blessés tôt vendredi.    Les groupes armés avaient pris mercredi le contrôle de Souleimane Bek, une  ville majoritairement turkmène sunnite, après des combats meurtriers avec les  forces de sécurité, qui se sont retirées de la ville, alors que les habitants  fuyaient.    Le général Ali Ghaidan Majid avait indiqué mercredi soir à l’AFP que ces  groupes s’étaient vu donner un ultimatum de 48 heures pour quitter la ville,  au-delà duquel les forces de sécurité passeraient à l’offensive.    Le général Majid avait précisé que selon les services de renseignements,  quelque 175 hommes armés se trouvaient alors à Souleimane Bek: 25 membres  présumés d’Al-Qaïda et 150 de "l’Armée des Naqchbandis", un autre groupe  sunnite comptant dans ses rangs d’anciens officiers de l’armée de Saddam  Hussein et qui serait lié au N.2 du régime en fuite, Izzat al-Douri.    Appel au dialogue  
  

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close