En direct

L'armée syrienne marque un point sur le Golan après la prise de Qousseir

 L’armée syrienne a repris  l’unique point de passage de la zone de séparation entre la Syrie et Israël sur  le plateau du Golan dans un nouveau coup dur porté aux rebelles au lendemain de  leur défaite dans la ville stratégique de Qousseir.    Le Conseil de sécurité de l’ONU a "condamné fermement" les "combats  intenses" sur le plateau qui ont fait deux blessés parmi les Casques bleus de  la Fnuod (Force des nations unies pour l’observation du désengagement sur le  Golan).    Il a aussi demandé aux belligérants en Syrie de respecter la mission de la  Force.    Dans une déclaration adoptée à l’unanimité, les 15 membres du Conseil  "demandent à toutes les parties de collaborer pleinement avec la Fnuod pour lui  permettre d’opérer librement et d’assurer la totale sécurité de son personnel".    Concernant le possible recours des armes chimiques dans la guerre en Syrie  qui dure depuis plus de deux ans, les Etats-Unis ont affirmé étudier les  informations envoyées par la France concernant une utilisation du gaz sarin.    Sur le plateau du Golan, "l’armée syrienne a repris le contrôle du point de  passage" de Qouneitra, a annoncé à l’AFP une source de sécurité israélienne,  quelques heures après l’annonce de sa prise par les rebelles.    Un correspondant de l’AFP a confirmé la reprise de cet unique point de  contact d’Israël avec la Syrie situé à proximité du QG de la Fnuod, et précisé  que des chars syriens circulaient dans le secteur.    Israël, officiellement en état de guerre avec la Syrie, a renforcé son  dispositif militaire sur la partie du Golan qu’il occupe depuis 1967. Des  correspondants de l’AFP ont vu des chars israéliens montés sur des camions non  loin du passage.    L’ONU a fait état de deux Casques bleus légèrement blessés après un  bombardement sur le Golan et l’Autriche a annoncé le retrait de ses 378 soldats  de la Fnuod.    Cette force a été maintes fois prise pour cible en raison des incursions de  l’armée et des rebelles et a été obligée de réduire ses patrouilles. Des  Casques bleus philippins ont été pris en otages puis libérés. 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!