En direct

L'assaut contre Qousseir dans sa 3e semaine, la Syrie à l'agenda international

    
 Un missile sol-sol a tué 26 personnes dans  le nord de la Syrie, au moment où l’offensive menée par l’armée syrienne,  épaulée par le Hezbollah libanais, contre la ville rebelle de Qousseir (ouest)  entrait dans sa troisième semaine et faisait l’objet de débats dans de  nombreuses capitales.    A Genève, la Commission d’enquête internationale sur la Syrie, chargée de  relever les violations du droit international en Syrie, va présenter mardi à 08H00 GMT au Conseil des droits de l’homme de l’ONU ses dernières conclusions,  qualifiées de "terrifiantes" par son président, PauloPinheiro.    "Tout s’est aggravé depuis notre dernier rapport", publié en mars 2011, a  déclaré M. Pinheiro qui dénonce, dans son 5e rapport, "la combinaison de  sectarisme, de radicalisation, d’escalade des violations des droits de l’homme".    A Ekaterinbourg (Russie), l’Union européenne et la Russie poursuivent –  également mardi – un sommet particulièrement difficile, marqué par des  désaccords notamment sur la Syrie.    Par ailleurs, un haut responsable de la Ligue arabe, Ahmed Ben Helli,  secrétaire général adjoint de la Ligue, a mis en garde lundi contre "un  effondrement total" de la Syrie en cas d’échec de la tenue d’une conférence  internationale de paix, dite Genève 2.    "Si la conférence de Genève 2 ne se tient pas, la Syrie sera un Etat  défaillant et se dirigera vers un effondrement total", a déclaré à l’AFP Ahmed  Ben Helli, présent à Doha pour une conférence régionale sur les droits de  l’Homme.    Une réunion préparatoire est prévue mercredi entre l’ONU, les Etats-Unis et  la Russie, mais cette conférence, initialement programmée en juin, devrait être  repoussée à juillet, selon les ministres français et allemand des Affaires  étrangères.    Sur le terrain, l’armée syrienne, parfois appuyée par le Hezbollah, menait  une offensive dans trois secteurs.    Dans le nord du pays, 26 personnes, dont six femmes et huit enfants, ont  été tuées dans la nuit de dimanche à lundi par la la chute d’un missile sol-sol  sur Kfar Hamra, à l’entrée nord-ouest d’Alep, a affirmé l’Observatoire syrien  des droits de l’Homme (OSDH).    "Les forces du régime ont pris les vergers aux alentours et essaient de  s’emparer de cette localité pour ensuite briser le siège imposé par les  rebelles à Nubel et Zahra", deux villages chiites situés à une vingtaine de km  au nord d’Alep.    Dans le centre, l’aviation a bombardé Qousseir où les rebelles sont  désormais retranchés dans le nord de la ville, devenue emblématique tant pour  le régime que pour les rebelles et située près de la frontière libanaise.    Ce week-end, la Russie a bloqué un projet de déclaration du Conseil de  sécurité de l’ONU proposé par le Royaume-Uni qui "demandait au gouvernement  syrien d’autoriser un accès immédiat, total et sans entrave" aux organisations  humanitaires pour qu’elles puissent secourir les civils bloqués à Qousseir.    La Coalition de l’opposition syrienne a condamné la position russe,  estimant que Moscou, fidèle allié du président Bachar al-Assad, "se tient  contre le peuple syrien".    L’armée poursuivait par ailleurs son offensive dans le nord de la province  de Hama (centre), où elle s’est emparée de 13 villages, selon l’OSDH. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close