En direct

L'attaque à Treimsa visait les maisons de déserteurs, 115 nouveaux morts en

 Les violences ont à nouveau fait samedi  115 morts en Syrie, où les observateurs de l’ONU ont affirmé que l’attaque à  Treimsa (centre), qui a coûté jeudi la vie à plus de 150 personnes selon une  ONG syrienne, visait les maisons de déserteurs et de militants.    Après s’être rendue sur place, la mission de l’ONU a indiqué que l’attaque  à Treimsa, que l’opposition et une partie de la communauté internationale ont  qualifiée de "massacre", "semblait viser des groupes et des maisons  spécifiques, en majorité de déserteurs et de militants".    "Il y avait des mares de sang et des taches de sang dans les pièces de  plusieurs maisons, de même que des douilles", a expliqué dans un communiqué  Sausan Ghosheh, porte-parole de la mission.    "L’équipe de l’ONU a pu voir une école brûlée et des maisons endommagées,  avec des traces d’incendie dans cinq d’entre elles", a-t-elle ajouté,  soulignant que "de nombreux types d’armes avaient été utilisés, notamment de  l’artillerie, des mortiers et des armes légères".    Selon l’OSDH, plus de 150 personnes, dont des dizaines de rebelles, ont été  tuées jeudi dans des bombardements et des combats à Treimsa. Mais pour la  mission de l’ONU, le bilan est "toujours incertain".    Le régime, qui a expliqué vendredi avoir mené à Treimsa une opération  réussie contre des "terroristes", semblait samedi plus que jamais déterminé à  écraser les fiefs rebelles, en particulier dans la province de Deraa (sud),  berceau de la contestation lancée il y a près de 16 mois.    Dans cette région, des hélicoptères militaires ont bombardé Khirbet  Ghazalé, puis des chars et des centaines de soldats ont pris la localité  d’assaut avant que des milices pro-régime ne perquisitionnent et incendient les  maisons abandonnées par leurs habitants, selon l’OSDH et un militant sur place.   "L’armée est entrée sans résistance", les rebelles de l’Armée syrienne  libre (ASL, composée essentiellement de déserteurs) ayant quitté la ville avant  l’assaut, a assuré le militant qui se fait appeler Bayane Ahmad, évoquant "des  dizaines de blessés" et un manque total d’aide médicale.    Des bombardements intenses ont été également audibles pendant près de six  heures samedi soir à une trentaine de kilomètres à l’ouest d’Alep, la grande  ville du nord de la Syrie, a constaté un journaliste de l’AFP.    Samedi, les violences ont à nouveau fait 115 morts, dont 50 civils, selon  l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui s’appuie sur un réseau  de militants et de témoins, portant à près de 250 le bilan pour ces deux  derniers jours.
 
 

Algerie – ennaharonline

 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!