Culture

Le 63e Festival de Cannes dans l'attente de sa Palme d'or

  •    Le jury, présidé par le réalisateur américain Tim Burton est entré en conclave pour la journée dans une villa sur les hauteurs de Cannes d’où il ne sortira qu’après s’être mis d’accord sur la Palme d’or, le Grand prix, le prix du jury, les prix d’interprétation féminine et masculine, les prix du scénario et de la mise en scène sans compter d’éventuels prix exceptionnels.
  •    Le lauréat de la Palme d’or, qui succédera au "Ruban blanc" de l’Autrichien Michael Haneke, sera annoncée vers 20H00 (18H00 GMT).
  •    Le jury comprend trois comédiens, l’Américain d’origine portoricaine Benicio Del Toro, l’Italienne Giovanna Mezzogiorno et la Britannique Kate Beckinsale, le réalisateur espagnol Victor Ericede et deux Français, l’écrivain Emmanuel Carrère et le musicien Alexandre Desplat.
  •    A l’ouverture du festival le 12 mai, un fauteuil vide avait été réservé à Jafar Panahi, cinéaste iranien de 49 ans, détenu à Téhéran depuis début mars. Il avait été invité à rejoindre le jury en avril. Pendant le festival, le gouvernement français et le jury cannois ont appelé à sa libération.
  •    Dix-neuf longs métrages étaient en lice cette année dans une édition jugée moins glamour et plus inégale que celle de 2009.
  •    "Il a manqué des films majeurs et très attendus qui n’ont pas été terminés à temps pour Cannes", indique le magazine spécialisé américain Hollywood Reporter. 
  •    Si Hollywood était bien là avec les derniers opus d’Oliver Stone, Woody Allen, Doug Liman ou Ridley Scott, les productions indépendantes américaines ont fait défaut. Ainsi "The Tree of Life" de Terrence Malick n’a pu être présenté car il n’était pas prêt.
  •    La sélection 2010 a souvent été sombre, reflet d’un monde inquiet avec pour thèmes majeurs la crise économique, la pauvreté, la guerre, les sans-papiers ou les difficultés du couple.
  •    La polémique autour du film "Hors-la-loi" de Rachid Bouchareb, qui évoque la guerre d’Algérie, a marqué le festival avec notamment une manifestation le jour de sa projection, réunissant harkis (anciens supplétifs de l’armée française en Algérie), pieds noirs (rapatriés d’Algérie après l’indépendance en 1962) et partisans du Front national (extrême droite).
  •    Parmi les films en compétition, "Another Year" du Britannique Mike Leigh, déjà lauréat de la Palme d’or en 1996 avec "Secrets et mensonges", et "Des hommes et des dieux" du Français Xavier Beauvois, qui relate l’assassinat des moines de Tibéhirine en Algérie en 1996, ont été parmi les plus appréciés.
  •    "Route Irish" du Britannique Ken Loach, "La princesse de Montpensier" du Français Bertrand Tavernier et "Poetry" du Sud-coréen Lee Chang-dong, portrait sensible d’une grand-mère amatrice de poésie, ont plu eux aussi.
  •    Pour le prix d’interprétation féminine, la Sud-coréenne Yun Jung-hee ("Poetry"), sa compatriote Jeon Do-youn ("The Housemaid"), la Britannique Lesley Manville ("Another Year") et les strip-teaseuses du film "Tournée" du Français Mathieu Amalric sortent du lot.
  •    L’acteur Javier Bardem dans "Biutiful" du Mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu, est ultra-favori côté masculin.
  •    Mais il est difficile de prévoir les choix d’un jury qui réunit des personnalités aussi différentes, présidé de surcroît par le maître du baroque et de l’animation Tim Burton.
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!