Monde

Le crash d'un hélicoptère en Libye a fait 18 morts (nouveau bilan)

 Dix-huit personnes sont mortes mardi dans le crash d’un hélicoptère des autorités contrôlant Tripoli qui a été abattu près de la capitale libyenne, selon un nouveau bilan établi mercredi.

 « Le nombre total des corps récupérés est de 18 » après de nouvelles recherches effectuées dans la matinée, a indiqué à l’AFP un responsable des opérations de secours, Rabii Mohamad. Un premier bilan avait fait état de neuf décès mardi soir. L’officier de la marine loyale aux autorités de Tripoli n’était pas en mesure d’indiquer le nombre exact de passagers se trouvant à bord de l’hélicoptère qui s’est abimé en mer à l’ouest de la capitale.

 Parmi les victimes, figure le colonel Hussein Abou Dayya, un haut responsable de la coalition de milices Fajr Libya qui contrôle Tripoli. Les autorités basées à Tripoli, non reconnues par la communauté internationale, ont accusé le gouvernement rival d’être derrière l’attaque, ce que ce dernier a démenti.

 La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 et deux autorités politiques se disputent le pouvoir depuis 2014, celle à Tripoli et l’autre, la seule reconnue internationalement, basée dans l’est du pays. Les autorités de Tripoli ont décrété l’état d’alerte après la chute de l’hélicoptère, le chef du gouvernement Khalifa El-Ghwell annonçant la mise en place d’une +cellule de sécurisation du littoral+ couvrant une région allant de Tripoli jusqu’à Ras Jédir à la frontière avec la Tunisie.

 Après l’annonce du crash, des combats ont éclaté sur la route reliant Tripoli à la région d’al-Maya où l’appareil s’est écrasé. « Des tireurs non identifiés tiraient sur tout ce qui bougeait », a constaté un cameraman de l’AFP. Des tirs ont également visé les bateaux se dirigeant vers le lieu du crash, selon lui.
La mission des Nations unies pour la Libye (UNSMIL), qui tente de négocier un accord établissant un gouvernement d’union, a appelé à la retenue.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close