En direct

Le FFS ne croit qu’aux méthodes pacifiques pour le changement


 Le premier secrétaire national du Front des forces socialistes (FFS), M. Ali Laskri a affirmé, jeudi soir à Oran, que son parti "ne croit qu’aux méthodes pacifiques et démocratiques pour réaliser le changement escompté".

Lors d’un meeting populaire organisé à la médiathèque dans le cadre de la campagne électorale des législatives du 10 mai, M. Laskri a estimé que "la démocratie ne reconnaît pas la violence" évoquant les tentatives de certains parties à "déstabiliser le pays en inculquant une culture de la violence".

Il a souligné devant une assistance nombreuse constituée en majorité des jeunes que l’Algérie est ciblée par des parties étrangères pour exploiter ses richesses et celles d’un nombre de pays africains, tout en appelant à la vigilance pour parer contre les risques de tensions enregistrées dans despays voisins.

Le même orateur a indiqué que l’Algérie a besoin dans cette conjoncture de tous ses enfants pour une large participation aux prochaines élections législatives afin de changer la situation et le système actuel et ouvrir de nouvelles perspectives pour des solutions à de nombreux problèmes.

Concernant la décision du FFS de participer aux législatives de 2012, son premier secrétaire national a déclaré "notre participation aux élections est un choix souverain, fort et libre fondé sur une large conviction de la nécessité d’une large participation à apporter des changements pacifiquement afin d’instaurer l’alternative démocratique.

Il a également exprimé son rejet d’exploiter le Parlement pour le business et les affaires appelant à voter pour des personnes honnêtes et compétentes afin d’avoir une APN forte apte à lutter contre la corruption et à concrétiser des acquis économiques et sociaux.

 

 Algerie – ennaharonline

 

 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close