Monde

Le gouvernement canadien renonce à interdire le niqab aux cérémonies de citoyenneté

Le gouvernement canadien a renoncé lundi à faire appel d’une décision de justice qui avait enflammé la récente campagne électorale en permettant le port du voile intégral lors des cérémonies de citoyenneté.

   La nouvelle ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, et son collègue chargé de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum, ont annoncé dans un communiqué qu’Ottawa « ne porte plus la cause en appel devant la Cour suprême du Canada ».

   « La diversité est l’une des plus grandes forces du Canada », ont-ils souligné, notant que c’est grâce à ces différences, et non malgré elles, que nous avons un pays fort et uni ».

   Mi-septembre, à un mois des élections législatives, une cour d’appel avait confirmé un jugement de première instance autorisant une Pakistanaise, Zunera Ishaq, à prêter serment pour devenir canadienne en portant un niqab (voile couvrant tout le visage sauf les yeux) lors d’une traditionnelle cérémonie de citoyenneté.
Aussitôt, le gouvernement conservateur d’alors avait fait part de son intention de saisir la Cour suprême pour annuler ce jugement.

   Cette question du voile est alors devenue l’un des sujets les plus discutés de la campagne électorale, finalement perdue par les conservateurs au profit des libéraux de Justin Trudeau.
   En première instance, un jugement avait estimé que l’interdiction du voile lors des cérémonies de citoyenneté, imposée depuis 2011, contrevenait aux croyances religieuses protégées par la Charte canadienne des droits et libertés.

   Originaire du Pakistan et arrivée au Canada en 2008, Zunera Ishaq avait obtenu en 2013 toutes les autorisations nécessaires pour obtenir la citoyenneté canadienne. Il lui restait la prestation de serment, cérémonie formelle au cours de laquelle les aspirants prêtent ensemble allégeance à la reine Elizabeth, chef d’Etat en titre du Canada, ainsi qu’à ses héritiers.
    La cour d’appel avait jugé l’urgence à mettre en oeuvre cette décision pour permettre à Mme Ishaq de devenir canadienne avant les élections législatives

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close