Monde

Le gouvernement de transition n'attendra pas le départ de Kadhafi

  •    Mais il faudra peut-être encore des semaines pour forcer le dirigeant libyen, de plus en plus encerclé par l’opposition et sous pression de la communauté internationale, à quitter le pouvoir, a averti Ibrahim Dabbashi, ambassadeur adjoint de Libye à l’ONU. 
  •  
  •    M. Dabbashi avait été l’un des premiers diplomates libyens à faire défection pour protester contre la répression brutale de l’opposition par les forces du colonel Kadhafi.
  •  
  •    L’opposition libyenne a annoncé samedi la formation d’un "Conseil national indépendant" à Benghazi (est), deuxième ville du pays et fief de la contestation, chargé de représenter "toutes les villes libérées de Libye".
  •  
  •    Cet organe sera "le visage de la Libye pendant la période de transition", a déclaré un porte-parole de ce Conseil, Abdelhafez Ghoqa.
  •  
  •    Le gouvernement de transition sera formé "prochainement" et commencera à travailler même si Mouammar Kadhafi continue de contrôler la capitale, a déclaré M. Dabbashi.
  •  
  •    "Tout le monde soutien le gouvernement de transition. Il gagne déjà le soutien du peuple dans toutes les parties du pays", a-t-il affirmé, ajoutant: "nous voulons qu’il soit installé le plus vite possible afin d’assurer le lien entre le peuple libyen et le monde extérieur".
  •  
  •    Dans l’optique d’une reconnaissance par la communauté internationale, des contacts ont déjà été pris aux Nations unies, a indiqué M. Dabbashi.
  •  
  •    Il a expliqué que le gouvernement de transition siégerait dans un premier temps à Benghazi et ne serait transféré dans la capitale que lorsqu’elle serait "libérée".
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!