En direct

Le ministre burkinabè des Affaires étrangères à Alger

   

Djibril Bassole, ministre des Affaires  étrangères du Burkina Faso, pays chargé par la Cédéao d’une médiation au Mali,  est arrivé mercredi matin à Alger en visite de travail, a rapporté l’agence APS.    M. Bassole a été accueilli à l’aéroport par le ministre délégué chargé des  Affaires maghrébines et africaines Abdelkader Messahel, dont le pays est très  actif dans la recherche d’une solution au conflit malien.    Lundi, le président Abdelaziz Bouteflika avait reçu l’envoyé spécial du  président ivoirien Alassane Ouattara, chef en exercice de l’organisation  régionale ouest-africaine Cédéao, après plusieurs visites de hauts responsables  de la région en Algérie.    Alger connaît "mieux que nous (Cédéa) ce problème. Il y a eu déjà les  accords d’Alger signés entre les Maliens", avait rappelé l’envoyé ivoirien.     Il faisait référence à l’Accord d’Alger du 4 juillet 2006 pour la  restauration de la sécurité dans la région de Kidal (nord-est du Mali) conclu  entre l’aile politique de la rébellion touareg et le gouvernement malien.    L’Algérie avait estimé dimanche qu’une solution "politique négociée"  pouvait mettre fin à la crise dans ce pays frontalier, dont le nord est entre  les mains de groupes armés depuis mars.    Depuis le début de la crise malienne, l’Algérie a adopté une ligne de  non-ingérence chez son voisin, tout en affirmant son attachement à l’intégrité  territoriale de ce pays, mais elle multiplie les contacts avec les pays  concernés, dans la région et ailleurs, notamment la France et les Etats-Unis.    Le Mali, l’Algérie et le Burkina Faso ont affirmé que dans un premier  temps, il fallait exclure l’option militaire.
  
 
Algerie – ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!