En direct

Le ministre de la Communication baptise une avenue aux noms des 15 journalistes algériens décédés à Hanoi en 1974

 Une avenue sise au quartier Said-Hamdine (Alger) a été baptisée jeudi à Alger par le ministre de la Communication, Mohamed Saïd, des noms des 15 journalistes, photographes et techniciens décédés le 8 mars 1974 dans un crash d’avion au dessus d’Hanoi.La cérémonie s’est déroulée en présence de membres des familles des victimes, de l’ambassadeur du Vietnam à Alger, ainsi que de leurs anciens amis et collègues. Les 15 journalistes, photographes et techniciens étaient en mission et venaient d’assurer la couverture de la visite du défunt président Houari Boumediene au Vietnam.Des proches et amis des défunts, présents à la cérémonie, ont salué ce "geste" de la part des autorités algériennes, "regrettant cependant que cela intervienne 39 ans après la mort de ces journalistes".Le frère de Tayeb Harket, photographe au Commissariat politique de l’Armée nationale populaire (ANP), se rappelle encore de cette "sinistre journée", quand il avait appris la nouvelle."Cela s’est passé en mars 1974 et mon frère devait se marier en avril de la même année", raconte-t-il avec beaucoup d’émotion, rappelant que sa mère, décédée en 2002, déprimait depuis cette tragédie".Le frère d’Ahmed Abdelatif, journaliste à l’Agence nationale de presse, APS, se rappelle lui aussi de cette journée quand il avait remarqué qu’il n’y avait pas de dépêches de l’envoyé spécial de l’agence."Je me rappelle de ce jour, lorsque le directeur de l’APS à l’époque, M. El Mili, était venu à la maison pour nous annoncer la triste nouvelle", a-t-il témoigné, ajoutant que "l’attente du rapatriement des corps des victimes était longue et douloureuse".De son, côté, le responsable du service reportage de l’ex-Radio et Télévision algérienne (RTA), M’hamed Guertal, a souligné que ces journalistes, photographes et techniciens sont "morts en martyrs", faisant remarquer qu’il était initialement désigné pour cette mission, avant que son nom ne soit retiré à la dernière minute.Pour sa part, M. Mahieddine Amimour, ancien ministre et conseiller de l’ancien président Houari Boumediene, a considéré que ces journalistes étaient les "premières victimes de la presse de l’Algérie indépendante", se rappelant que le président de la République en personne (Boumediene) s’était déplacé à l’aéroport pour accueillir les corps des défunts journalistes.La délégation de la presse algérienne en mission au Vietnam était constituée d’Ahmed Abdelatif et de Mohamed Taleb, respectivement journaliste et photographe à l’APS, Salah Dhib, Abderrahmane Kahwadji et Mahmoud Medat, journalistes à l’ex-RTA, Mustapha Kaboub, Abdelkader Boudjenia, Mohamed Bekaï et Laaredj Boutrif, cameramen à l’ex-RTA, Rabah Haned et Sebti Mouaki, preneurs de son à l’ex-RTA.Elle comprenait également Mohamed Sahraoui et Tayeb Harket, respectivement photographes au journal Ech-Chaab et au Commissariat politique de l’ANP, Djilali Djedar, attaché à la direction de l’information à la présidence de la République et Mohamed Taallah, sous-directeur à la présidence. Les autorités vietnamiennes ont érigé une stèle à la mémoire des ces journalistes à Hanoi.

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *