Monde

Le mufti de Moscou dénonce une dérive xénophobe en Russie

  •    "Les heurts de ces derniers jours à Moscou et dans d’autres villes de Russie, accompagnés de violences, de slogans nazis et même de déclarations blasphématoires, méritent une condamnation sévère des chefs de toutes les confessions", a dit le grand mufti Ravil Gaïnoutdine.
  •  
  •    "Ces événements montrent le niveau inacceptable des sentiments anticaucasiens, anti-islamiques, anti-immigrés dans la société russe", a ajouté le mufti, dans une déclaration d’une rare dureté, alors que les autorités russes se sont ménagées jusqu’à présent le soutien des dirigeants musulmans, même au plus fort des guerres de Tchétchenie.
  •  
  •    "Le pouvoir doit accorder une attention particulière (…) à la neutralisation de l’ultranationalisme et à la prévention de la xénophobie", a-t-il ajouté.
  •  
  •    Le mufti s’est en outre adressé aux dirigeants des médias russes "pour qu’ils n’aggravent pas la situation en provoquant la xénophobie, en propageant des a priori, des stéréotypes, et parfois en incitant ouvertement les jeunes à commettre des actes condamnables".
  •  
  •    En écho aux déclarations du mufti, le patriarche de Moscou et de toutes les Russies Kirill, chef de l’église orthodoxe, ultra-majoritaire dans le pays, a lui aussi lancé un appel au calme, qui n’était toutefois pas dépourvu de nuances.
  •  
  •    "Quand on voit les blessés, des innocents battus rien que parce qu’ils avaient une autre couleur de peau et un autre visage, et quand on comprend que c’étaient des gens tout à fait respectables, qui vivent à nos côtés, bien sûr c’est amer et on a honte", a-t-il dit dans une allocution télévisée.
  •  
  •    Mais il a aussi dénoncé une "provocation politique" contre le pouvoir russe, et mis la montée des tensions sur le compte de "groupes ethniques radicaux qui existent aujourd’hui dans la diaspora".
  •  
  •    La presse libérale et des experts ont fait le constat lundi de la montée de la xénophobie dans un pays marqué par la guerre de Tchétchénie, par de nombreux attentats et une criminalité galopante, et où les forces de l’ordre sont soupçonnées d’indulgence à l’égard des groupes nationalistes.
  •  
  •    Le rassemblement de milliers de supporters russes de football qui réclamaient justice après le meurtre de l’un d’entre eux au cours d’une rixe avec un groupe de jeunes Caucasiens, a dégénéré samedi près du Kremlin, s’accompagnant de saluts nazis, d’appels à la "Russie aux Russes" et faisant une quarantaine de blessés.
  •  
  •    Le lendemain, un ressortissant du Kirghizstan, une ex-république soviétique d’Asie centrale en majorité musulmane, était agressé et tué par une quinzaine de jeunes.
  •  
  •    Mardi, des appels circulaient encore en Russie parmi les communautés caucasienne et russe à se rassembler le lendemain à Moscou et à en découdre.
  •  
  •    Un mouvement ultranationaliste russe, le Mouvement contre l’immigration clandestine, a appelé les hommes russes à "ne pas sortir dans la rue sans moyens d’autodéfense légaux" mercredi, et invité femmes, enfants, personnes âgées russes à ne pas se risquer dans la rue.
  •  
  •    La police de Moscou, qui avait bouclé lundi soir les alentours de la place Rouge pour éviter tout nouveau heurt, a indiqué qu’elle mobiliserait des effectifs pour patrouiller mercredi dans le quartier de la gare de Kiev, où les rassemblements sont susceptibles de se produire.
  •         
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close