En direct

Le pétrole en hausse en Asie après les raids israéliens en Syrie

Le pétrole était en hausse lundi en  Asie à la suite des raids menés par Israël en Syrie qui font craindre une  montée des tensions au Moyen-Orient et en raison de l’euphorie de Wall Street  porté par des indicateurs encourageants dans la première économie mondiale.    Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juin grimpait de 96  cents, à 96,57 dollars tandis que le baril de Brent de la mer du Nord pour  livraison à même échéance s’appréciait de 79 cents, à 104,98.    Les cours du pétrole "devraient rester élevés jusqu’à une forme de  résolution" des tensions au Moyen-Orient, centrées autour du conflit syrien qui  préoccupent "les courtiers dans l’hypothèse de perturbations" de la production  ou des expéditions d’or noir, selon Kelly Teoh, analyste chez IG Markets à  Singapour.    Israël a lancé dimanche un raid près de Damas, le deuxième mené en 48  heures en Syrie par l’Etat hébreu qui dit chercher à empêcher un transfert  d’armes au Hezbollah libanais, selon un responsable israélien parlant sous  couvert de l’anonymat.    Lors d’un autre raid vendredi, l’aviation israélienne avait aussi visé à  proximité de l’aéroport de Damas des missiles à destination du Hezbollah, un  allié du régime de Bachar al-Assad et de l’Iran, selon des sources concordantes.    Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’est déclaré dimanche "très  préoccupé" et a appelé au calme pour "éviter une escalade".    Ces considérations géopolitiques accentuent les gains enregistrés par le  brut la semaine dernière sous l’effet notamment d’une baisse inattendue du  chômage aux Etats-Unis en avril qui rassurait le marché sur les perspectives de  consommation de brut dans le pays.    Selon le département du Travail, le taux de chômage officiel a encore  reculé de 0,1 point le mois dernier pour s’établir à 7,5%, son plus bas niveau  depuis décembre 2008.    Dans le même temps, le solde net des créations d’emploi s’est affiché à  165.000, dépassant les prévisions du marché. Les autorités ont de plus revu à  la hausse de nombres d’emplois créés en février et en mars.    Vendredi, le baril de "light sweet crude" pour livraison en juin avait  grimpé de 1,62 dollar pour s’établir à 95,61 dollars sur le New York Mercantile  Exchange (Nymex), se hissant au-dessus de la barre des 95 dollars pour la  première fois depuis un mois.    A Londres, le Brent pour livraison en juin également avait terminé à 104,19  dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 1,34 dollar par  rapport à la clôture de jeudi.    Le cours de l’or noir avait déjà bondi la veille de près de 3 dollars, à  Londres comme à New York, grâce à la décision de la Banque centrale européenne  (BCE) d’abaisser son principal taux directeur et à la baisse des nouvelles  inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis. 
   

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close