Economie

Le pétrole sud-soudanais transite à nouveau par le Soudan

    
Le pétrole brut extrait des réserves  sud-soudanaises transite à nouveau par le Soudan, après plus d’un an d’une  interruption qui a fait perdre des milliards de dollars aux deux pays, a  annoncé dimanche à l’AFP un responsable du ministère soudanais du Pétrole.    "Le premier envoi de pétrole est déjà arrivé hier (samedi) sur le sol  soudanais", a déclaré le sous-secrétaire du ministère, Awad Abdul Fatah,  précisant qu’il s’agissait encore d’une "petite quantité" destinée à tester le  bon fonctionnement de la procédure.    Le Soudan du Sud, qui a hérité de 75% des réserves de pétrole lors de la  partition mais dépend des infrastructures soudanaises pour exporter son or  noir, avait repris en grande pompe début avril sa production de brut, dont la  Chine est le principal client.    Juba avait interrompu début 2012 cette production, qui représentait  pourtant 98% des recettes du pays, parce que Khartoum effectuait des  prélèvements en nature sur son brut au titre des droits de passage, faute d’un  accord sur leur montant.    Le pétrole est arrivé dans un réservoir en territoire soudanais depuis le  bloc 5A, situé près de Bentiu, non loin de la frontière. Ce bloc est exploité  par Sudd Petroleum Operating Company (SPOC), une joint venture entre le  Malaisien Petronas et le gouvernement sud-soudanais, a précisé M. Fatah.    "Ils ont déjà extrait ce pétrole et l’ont envoyé vers le réservoir  d’exportation" côté soudanais, a-t-il ajouté, expliquant que si tout se passait  bien, le pétrole pourrait rejoindre le principal oléoduc dans une semaine, où  il lui faudrait environ 45 jours pour atteindre le terminal de Port-Soudan, sur  la mer Rouge.    Le gros de la production doit reprendre dans d’autres champs du nord-est du  Soudan du Sud, et est attendu fin mai à la frontière soudanaise.    Lors de nouvelles négociations en mars sous l’égide de l’Union africaine à  Addis Abeba, les deux Soudans se sont finalement mis d’accord sur un calendrier  pour refaire circuler le pétrole et régler d’autres différends, après des mois  d’affrontements sporadiques à la frontière.    Signe de la réalité de cet apaisement, le président soudanais Omar  el-Béchir a effectué vendredi une courte visite à Juba, sa première depuis  celle menée à l’occasion de l’indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011, à  l’issue d’une guerre civile dévastatrice (1983-2005, 2 millions de morts).    Si la suspension de la production a privé Juba de la quasi-totalité de ses  revenus, la partition a fait perdre à Khartoum la majeure partie de ses revenus  d’exportation et la moitié de ses recettes budgétaires, faisant fondre les  réserves de change du pays, plonger sa monnaie et exploser l’inflation.    La reprise de la production et des exportations, estimées entre 250.000 et  350.000 barils par jour une fois atteint leur rythme de croisière, rapportera  des milliards d’euros au Soudan du Sud, mais en vertu de l’accord d’Abbis  Abeba, le Soudan doit percevoir entre 1 milliard et 1,5 milliard de dollars par  an de frais de passage, estime un économiste international. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close