En direct

Le photographe d’Ennahar battu, insulté et détenu à la sûreté de Kouba

  • La carte mémoire de son appareil photo a été confisquée dans des conditions incompréhensibles, jamais survenu, de la part des services de sécurité contre les journalistes.
  • Djamel Merahi, chargé de couvrir la rencontre du RC Kouba face au NAHD de Hussein Dey, comptant pour la 26ème journée de la ligue professionnelle, au stade Ben Haddad à Kouba. Mais des évènements ont survenus dans les quartiers autour du stade les transformant en une zone de guerre.
  • Le photographe, a alors eu pour reflexe de prendre des scènes en photo, ce qui n’a pas été du goût de certains agents de police, pour des raisons encore inconnues, qui l’ont violemment emmené au centre de police de Kouba et ont saisi la carte mémoire de son appareil photo contenant les photos qu’il avait prise malgré le fait qu’il ait montré l’ordre de mission délivré par la rédaction du journal.
  • Après avoir été relâché, le photographe Djamel Merahi découvre qu’on lui avait rendu l’appareil sans la carte mémoire. Il retourna alors au centre de police et des agents de police en civil l’agressent de nouveau et l’emmenèrent à la sûreté de Kouba mais cette fois ci avec la présence d’un pseudo témoin qui prétend que le photographe Djamel Merahi aurait, d’un air menaçant, insulté l’institution. Des accusations qu’on tente de lui collé pour couvrir les graves dépassements usés contre notre collègue qui est connu pour ses qualités et son éducation irréprochable.
  • La nouvelle de l’arrestation et l’agression contre le collègue Djamel Merahi a choquée toute l’équipe d’Ennahar qui ne comprenait pas qu’une chose pareille puisse arriver de la part des agents de la sûreté.
  •  
  • Le chef de la sûreté d’Alger ouvre une enquête
  •  
  • Le chef de la sûreté d’Alger a ordonné l’ouverture d’une enquête suite à l’agression du journaliste photographe d’Ennahar dans des conditions étranges et la confiscation de la carte mémoire de son appareil photo, sont outil de travail, et ce, sans aucune raison ou justification légale.
  • Le journaliste sportif Yacine Kalem, a rapporté ce qu’il avait vécu avant et après la rencontre à cause des harcellement des agents de la sûreté qui l’ont tabassé et insulté.
  • Par ailleurs, le photographe n’a donné signe que tard dans la nuit d’hier après avoir été arrêté par les agents de sûreté à la sortie du stade.
  • Son appareil photo et son téléphone portable ont été saisi alors qu’on n’arrêtait pas de l’insulter.
  • Les responsables du journal n’ont pu rejoindre le photographe que tard dans la nuit. A 21H, djamel Merahi subissait encore l’interrogatoire au niveau de la sûreté de Kouba, après l’apparition d’un étrange témoin qui voulait l’impliquer dans des conditions étranges pour justifier l’agression dont il avait fait l’objet.
  •  
  • Ennahar/ La rédaction

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!