En direct

Le PLF 2016 répond aux impératifs imposés par la situation financière actuelle

Le ministre de l’Industrie et des mines, Abdeslam Bouchouareb, a indiqué mardi à Paris, au cours d’une séance de travail à huis clos avec le patronat français, que les mesures préconisées par le projet de loi de finances 2016 (PLF 2016), qui s’inscrivent dans le long terme, répondent aux impératifs qu’impose la situation financière présente.

  “Les mesures préconisées dans le PLF 2016 répondent simultanément aux impératifs qu’impose la situation financière présente, tout en s’inscrivant dans une trajectoire à plus long terme”, a-t-il dit lors de sa rencontre avec les membres du Medef International, un cadre qui met en relation les chefs d’entreprise français avec les décideurs publics et privés du monde.

   Le ministre a rassuré les membres du Medef que le PLF 2016 consolide, à travers diverses mesures fiscale et douanière, les investissements, notamment productifs et ceux relevant des industries naissantes, ajoutant qu’aucune augmentation d’impôt à l’adresse des producteurs et des industriels n’est prévue.

   Dans le cadre de soutien à l’investissement, il a également précisé que le projet de loi de finances note que les financements nécessaires à la réalisation des investissements étrangers, directs ou en partenariat, à l’exception de la constitution du capital, “sont mis en place, en règle générale, par recours au financement local”.

   Néanmoins, a-t-il fait remarquer, le recours aux financements extérieurs, indispensables à la réalisation des investissements stratégiques par des entreprises de droit algérien, sera autorisé, au cas par cas, par le gouvernement qui, pour régler le problème du foncier industriel, a déjà mis en place, depuis le mois d’août dernier, un nouveau système d’allocation optimale de la ressource foncière.

  L’accès au foncier, a-t-il souligné, est ainsi réorganisé de sorte à assurer une adéquation avec la politique économique de l’Etat algérien pour son utilisation, comme un incitatif puissant et un levier efficace de développement et d’orientation de l’investissement vers les activités et secteurs que l’Etat souhaite développer, relevant qu’il est simplifié, exécuté selon une procédure allégée et une décision décentralisée.

  Le ministre a expliqué, dans ce contexte, que le PLF 2016 consolide ce dispositif en faisant participer le secteur privé à l’accroissement de l’offre foncière industrielle par ouverture en sa direction du droit d’aménager et de gérer des zones industrielles et d’activités sur ses propres ressources et sur des terrains détenus, en toute propriété, par les opérateurs concernés à l’exclusion des terrains à vocation agricole.

  Il a indiqué que, dans le même temps, un vaste programme de réhabilitation et de mise à niveau des zones industrielles existantes est en cours et que 49 parcs industriels intelligents sont lancés pour plus de 11.600 hectares, affirmant que l’Algérie se dirige progressivement vers la création d’un vrai marché du foncier économique.

Aps 

commentaires

commentaires

Tags
Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *