En direct

Le président soudanais annonce des mesures d'austérité, heurts à Khartoum

Le président Omar el-Béchir a annoncé  lundi une série de mesures d’austérité destinées à soutenir une économie  exsangue, alors que de nouveaux heurts ont eu lieu à Khartoum entre la police  et des manifestants dénonçant la hausse du coût de la vie.    "Nous essayons de combler l’écart entre les recettes et les dépenses", a  expliqué le président Béchir devant le Parlement.    "Nous avons décidé d’augmenter les impôts et supprimer 100 postes au  gouvernement fédéral et 200 dans les gouvernements locaux. Et nous allons  supprimer les subventions aux carburants progressivement", a-t-il ajouté,  parlant aussi d’une réduction des salaires de responsables.    Alors qu’il faisait ces annonces, des étudiants manifestaient devant  l’Université de Khartoum jetant des pierres sur la police anti-émeutes, qui a  fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les protestataires, selon un  journaliste de l’AFP.    C’est la troisième fois ces derniers jours que des manifestations sont  organisées hors de l’enceinte de l’université, dans le centre de la capitale,  les étudiants scandant des slogans contre le régime et dénonçant une hausse  importante des prix des denrées alimentaires.    Dans le nord de Khartoum, sur l’autre rive du Nil Bleu, des témoins ont  fait état d’un rassemblement au cours duquel des manifestants ont brûlé des  pneus et scandé: "Nous ne serons pas gouvernés par un dictateur" ou "Khartoum,  soulève-toi! Soulève-toi!"    Les forces anti-émeutes sont intervenues pour disperser les manifestants à  coup de matraque.    Le Soudan, qui a perdu les trois-quarts de ses revenus pétroliers avec la  sécession du Soudan du Sud en juillet 2011, a vu ses réserves de change fondre  et sa monnaie s’effondrer.    Dans ce contexte, l’inflation atteint des sommets: 28,5% en avril, +30,4%  en mai selon des chiffres officiels. Les denrées alimentaires ne sont pas les  plus touchées, mais leurs prix s’envolent aussi.    Dans son discours, le président Béchir a admis que la suppression des  subventions aux carburants affecterait la population "particulièrement les  pauvres", mais il a expliqué que ces mesures étaient nécessaires.
 
 
 

Algerie – ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!