Monde

Le principal groupe rebelle sud-soudanais signe un cessez-le-feu

   

 Le Soudan du Sud a signé un accord de  cessez-le feu avec le principal groupe rebelle du pays, a annoncé mardi le  ministre sud-soudanais de l’Information, Barnaba Marial Benjamin.   "La République du Soudan du Sud a signé un accord avec les ex-rebelles de  George Athor, aux termes duquel (ces derniers) acceptent l’amnistie proposée  par le président (sud-soudanais) Salva Kiir," a affirmé le ministre à l’AFP.    L’accord, qui intervient deux mois après la mort de George Athor, tué en  décembre dans des affrontements avec des forces gouvernementales, prévoit  d’intégrer environ 1.800 combattants rebelles à l’armée sud-soudanaise.    Il a été signé lundi sur la base rebelle du comté de Pigi, dans la province  de Jonglei, régulièrement traversée par des violences interclaniques.    "Ils ont immédiatement déclaré un cessez-le-feu après la signature," a  poursuivi M. Benjamin.    Le Soudan du Sud ne cessait d’accuser George Athor d’agir au nom du Soudan,  Juba et Khartoum se reprochant d’alimenter une rébellion sur le sol de l’autre.    Avant de signer, en 2005, des accords de paix qui ont mené à la sécession  du Soudan du Sud en juillet, le Nord et le Sud se sont livrés des décennies de  guerre civile.    Le groupe de George Athor "est le plus grand groupe rebelle du Soudan du  Sud, et ils ne pourront plus être utilisés par Khartoum pour déstabiliser le  Soudan du Sud," a assuré M. Benjamin.    Les mouvements rebelles sont une réelle menace à la stabilité du fragile  Soudan du Sud et l’amnistie proposée par Salva Kiir encourage plusieurs groupes  à cesser leurs activités. Mais l’ex-milice d’Athor — l’Armée de libération du  Soudan du Sud (ALSS) — était la plus importante à convaincre pour Juba.    Selon M. Benjamin, les négociations avec le groupe avaient d’ailleurs  commencé avant la mort de George Athor.    Le chef rebelle avait été tué dans un affrontement avec une patrouille  frontalière sud-soudanaise fin décembre. Juba l’accusait alors de recruter des  éléments dans l’Etat sud-soudanais d’Equateur central.    George Athor, un ancien haut gradé de l’Armée populaire de libération du  Soudan (SPLA, armée sudiste), était entré en mutinerie après sa défaite pour le  titre de gouverneur de l’Etat de Jonglei en avril 2010.   
 
 
 
 
 Algérie- ennaharonline 
 
 
 
 
 
 
 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close