Economie

Le Qatar sceptique sur une réduction de l'offre de gaz

  •    "La question n’est pas de réduire ou non la production de gaz", a déclaré le ministre à la presse lors de l’inauguration d’une usine d’aluminium.
  •    Il a ajouté que seule la question des ventes sur la marché spot pourrait être évoquée lors de la prochaine réunion du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG), le 19 avril à Oran (Algérie).
  •    Il a expliqué que le Qatar n’envisageait pas de réviser ses accords d’exportation. "Au Qatar, nous avons des contrats à long terme avec des obligations pour le vendeur et l’acheteur", a-t-il dit.
  •    Le 16 mars, le ministre algérien des Mines et du Pétrole Chakib Khelil a appelé les pays producteurs de gaz à se concerter pour "réduire leur offre" lors du Forum d’Oran.
  •    Ce Forum réunit 11 pays membres, dont la Russie, premier producteur mondial de gaz, l’Iran et le Qatar qui à eux trois totalisent environ 60% des réserves mondiales. Trois autres pays ont le statut d’observateurs, dont le Kazakhstan et la Norvège.
  •    Interrogé sur ce que serait un prix équitable pour le gaz, le ministre algérien a proposé de diviser le prix du baril de pétrole, actuellement autour de 80 dollars, par six, "cela donne 13-14 dollars par MBTU ce qui est équitable. Le gaz est propre, il est très demandé pour la production d’énergie. Cela fait sens."
  •    Le MBTU (million d’unités thermales britanniques) égale 27,6 mètres cubes. Celui pour livraison en avril s’échange actuellement autour de 4,40 dollars.
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close