En direct

Le RCD condamne la "répression" qui s’abat sur les populations du Sud

Plusieurs unités de la gendarmerie nationale stationnées au sud du pays sont intervenues pour déloger des protestataires manifestants contre l’exploitation du gaz de schiste dans la région d’In Salah, wilaya de Tamanrasset. La descente aux aurores, le jour d’El Mouloud des gendarmes a fait un mort en la personne du jeune Mohamed El Noui, plusieurs blessés et des dizaines d’arrestations.

Ce bilan tragique vient confirmer l’impasse d’un système autiste. Après ce passage des forces de répression, devenu un réflexe du pouvoir, le chef de Daïra de la localité annonce la suspension de l’exploitation des puits de gaz, objet du mécontentement des citoyens venus d’Adrar, de Ghardaia et de toutes les communes de Tamanrasset où d’autres puits avaient été subrepticement lancés.

Pour dénoncer cette répression, un rassemblement et une grève unanimement observée par les commerçants et grossistes a paralysé la région. Cette protestation légitime vient se greffer à une marginalisation chronique de populations d’autant plus exaspérées que leur région contribue massivement, par la richesse de son sous-sol, à financer les dépenses publiques du pays et les extravagances du pouvoir.

Le chômage massif des jeunes, les passes droits et les promesses non tenues ne sont pas les seuls griefs à l’endroit d’un pouvoir pris dans le piège de sa fuite en avant. Les difficultés d’approvisionnement en eau potable de toutes les populations de cette région, corroborent les appréhensions nourries autour du méga projet de transfert de l’eau In Salah-Tamanrasset long de 700 kilomètres, inauguré en grandes pompes par le pouvoir central. 

Le RCD et des acteurs économiques se sont interrogés en temps opportun sur le tracé de cette conduite. Loin de répondre aux besoins des populations, ce chantier semble plutôt dédié aux multinationales en vue de se lancer dans l’exploitation du gaz de schiste, grande consommatrice en eau.

Le RCD condamne avec la plus grande fermeté la répression qui s’abat sur les populations du Sud. Il avertit sur les périls qui pèsent sur la nation à cause d’une politique qui redistribue la richesse nationale en fonction des rapports de forces construits et entretenus par les clans au pouvoir.

La stratégie de répression-corruption a fait son temps. Seule une scène publique assainie et restituée à la transparence et l’arbitrage citoyen peut éviter le pire à la nation.

Alger, le 06 janvier 2015

Le RCD

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!