En direct

Le RCD et le FNA boycottent l'ouverture de la session du parlement

  •    Le second parti, le Front national algérien (FNA), qui compte 15 députés sur 389, a rappelé dans un communiqué distribué à l’issue de la cérémonie et cité par l’agence APS qu’il "gelait" ses activités en plénière pour "la non prise en charge par le gouvernement des préoccupations du citoyen".
  •  
  •    Toutefois, le FNA a indiqué "apprécier" les dernières mesures prises en  conseil des ministres le 22 février en faveur notamment des jeunes, appelant le gouvernement à les concrétiser sur le terrain et "éviter les solutions superficielles".
  •  
  •    Mais le RCD, fort de 19 députés, a adopté depuis les émeutes du début janvier qui ont fait 5 morts et plus de 800 blessés, une attitude radicale, dans la foulée des révolutions de Tunisie et d’Egypte et milite pour un "changement du système" politique.
  •  
  •    "Nous ne voyons pas l’utilité d’assister à une session d’exhibition d’un gouvernement démissionnaire, incapable de répondre aux aspirations du peuple", a déclaré à l’AFP par téléphone le chef du groupe parlementaire du RCD Atmane Mazouze.
  •  
  •    Selon lui, l’annonce par le gouvernement de la levée de l’état d’urgence il y a une semaine "n’est pas effective. A preuve, nous allons organiser une autre marche samedi prochain quelles qu’en soient les retombées".
  •  
  •    Une marche samedi dernier, au surlendemain de la levée de l’état d’urgence en vigueur depuis 19 ans, avait été bloquée par un important dispositif des forces de l’ordre. Elle n’avait rassemblé qu’une centaine de militants.
  •  
  •    Cette fois-ci, le RCD a annoncé qu’il préparait pour samedi une cinquième marche mais partant de trois lieux différents, de l’est, de l’ouest et du centre de l’agglomération d’Alger au nom de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD).
  •  
  •    Ce mouvement né le 21 janvier s’est scindé il y a une dizaine de jours à la suite d’un désaccord sur la stratégie à suivre, notamment sur la fréquence des marches après le blocage par les forces de l’ordre de celles du 22 janvier (organisée par le RCD, mais avec des représentants du CNCD), des 12 et 19 février.
  •  
  •    Les autorités ont toujours indiqué qu’elles n’interdisaient pas les marches dans le pays mais Alger reste sous le coup d’une interdiction depuis juin 2001 après une manifestation sanglante de Kabyles.
  •  
  •    Toutefois, selon un correspondant de presse à Oran, la grande ville de l’ouest algérien, une demande de marche déposée mardi par la CNCD a été refusée par la wilaya (préfecture) mercredi pour n’avoir pas été déposée huit jours plus tôt.
  •  
  •    La session de printemps de l’APN s’est ouverte sous la présidence d’ Abdelaziz Ziari, président de l’Assemblée, en présence du président du Conseil de la Nation (président de l’Assemblée nationale), Abdelkader Bensalah, du Premier ministre Ahmed Ouyahia et de ses ministres.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!