En direct

Le RCD suspend ses activités au Parlement

  •    "Le RCD a décidé de suspendre ses activités parlementaires jusqu’à ce que les conditions d’une transmission fidèle des interventions des députés soient garanties", a indiqué ce parti.
  •  
  •    Ce parti d’opposition compte 19 députés à l’Assemblée nationale populaire (APN) et deux sénateurs au Conseil de la Nation (Sénat).
  •  
  •    Le RCD entend par cette décision protester contres les "agressions" dont ont été victimes des députés du parti pendant les récentes manifestations de l’opposition à Alger, empêchées par la police, et dénoncer le silence du Parlement, a précisé à l’AFP le président de son groupe parlementaire, Athmane Mazouz
  •  
  •    "Le cinq mars, le président du RCD (Saïd Sadi), également député, s’est vu porter un coup de couteau devant des dizaines de policiers imperturbables", selon le communiqué.
  •  
  •    Pour le RCD "le combat est plus que jamais inscrit  dans la rue, il est relayé par les internautes et les rares médias qui continuent, malgré les entraves et les menaces, à éclairer l’opinion publique".
  •  
  •    Depuis les émeutes du début janvier qui ont fait 5 morts et plus de 800 blessés, le RCD a adopté une attitude radicale, dans la foulée des révolutions de Tunisie et d’Egypte et milite pour un "changement du système" politique. 
  •  
  •    Trois marches, samedi dernier, ont été bloquées à Alger par la police et des militants agressifs favorables au pouvoir, qui s’en étaient notamment pris au chef du RCD Said Sadi.
  •  
  •    M. Sadi avait affirmé à l’AFP par téléphone que ses agresseurs lui avaient "donné un coup de couteau, mais ce n’est pas grave".
  •  
  •    Interrogée, la police avait déclaré à l’AFP n’avoir reçu aucune plainte.
  •  
  •    Un autre parti, le Front national algérien (FNA), qui compte 15 députés sur 389, avait annoncé le 2 mars dans un communiqué distribué à l’issue de l’ouverture de la session de printemps 2011 de la chambre des députés qu’il "gelait" ses activités en plénière pour "la non prise en charge par le gouvernement des préoccupations du citoyen"
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *